À quoi sert la Banque centrale européenne ? PDF

Géolocalisation sur la À quoi sert la Banque centrale européenne ? PDF : Washington, D. Voir situation sur carte : Washington, D. Son rôle évolue depuis et elle renforce son indépendance lors de l’instabilité monétaire des années 1975 et 1985.


Depuis sa création, la Banque centrale européenne (BCE) fait l objet de controverses récurrentes : son indépendance vis-à-vis du pouvoir politique et sa mission centrale de stabilité des prix concentrent la plupart des critiques. Si la crise récente a permis de mesurer son importance cruciale en cas de turbulences financières, elle a aussi eu pour effet d exacerber les dissensions sur le rôle qu elle doit jouer au sein de l Union européenne (UE). L objectif de cet ouvrage est de répondre aux questions suivantes :
Qu est-ce qui, historiquement, a justifié la création de la BCE ? Quels étaient les gains attendus de son indépendance et comment expliquer qu elle se soit vu fixer la stabilité des prix comme mission centrale ? Quels sont les fondements doctrinaux et théoriques de ses missions fondatrices ? Et leurs limites théoriques et concrètes ?
Comment fonctionne la BCE ? Quels sont ses statuts ? Quel est son rôle et son influence au sein de l UE ? En quoi son fonctionnement et ses missions se distinguent-elles de ses homologues étrangères (la FED, par exemple) ? Quelle est la politique monétaire suivie par la BCE (hors situation de crise) ? Ses particularités et ses modes d action ?
Pourquoi la BCE fait-elle l objet de controverses récurrentes ? Quelles sont les critiques les plus prégnantes concernant cette institution, d un point de vue théorique comme d un point de vue politique ? Sont-elles justifiées ?
Quel bilan peut-on tirer de l action de la BCE et de ses présidents successifs ? En quoi la crise actuelle a-t-elle conduit à des inflexions de la politique monétaire de la BCE ? S oriente-t-on vers une plus grande intégration budgétaire ? Dans ce cadre, quel rôle et quel positionnement institutionnel seraient dévolus à la BCE ?
Quelles sont les perspectives de cette institution européenne ? Doit-elle inclure dorénavant dans ses missions le soutien à la croissance et à l activité ? Doit-elle recevoir des instructions du pouvoir politique ? Peut-elle sans danger monétiser la dette publique des membres de la zone euro afin de sortir de l ornière actuelle ?

Elle étudie de surcroît l’économie américaine, et publie de nombreux rapports, tels que le livre beige, un résumé des conditions économiques dans chaque région. La Réserve fédérale comporte ainsi des aspects publics et privés : cette structure est unique au monde pour une banque centrale, et correspond à une volonté de répondre à la fois à l’intérêt public et à ceux, privés, des banques membres. La Fed est une banque centrale indépendante : ses décisions ne sont pas sujettes à l’autorisation du Président des États-Unis ou d’une autre partie du gouvernement fédéral, elle ne reçoit pas de budget du Congrès, et les mandats des gouverneurs sont beaucoup plus longs que ceux des élus fédéraux. En 1791, le gouvernement fédéral des États-Unis crée la First Bank of the United States chargée de l’émission de la nouvelle monnaie américaine et de la régulation du crédit. En 1908, à la suite de la Panique bancaire américaine de 1907, le Congrès forme une National Monetary Commission menée par le sénateur républicain Nelson Aldrich pour étudier une réforme bancaire et monétaire. La crise de 1929 montre les limites de ce système, même si à l’époque la solution envisagée par la réserve fédérale new-yorkaise, une relance monétaire, aurait permis de sortir de la crise. Cette solution fut d’ailleurs refusée par les autres membres, de peur de voir cette dernière devenir trop puissante.

Avec le retrait du secrétaire d’État au Trésor et du Contrôleur de la monnaie, la banque devient théoriquement indépendante pour la politique monétaire. La banque centrale est aussi indépendante financièrement, ne recevant aucun budget ni du gouvernement, ni du Congrès américain. La crise financière de 2007 à 2011 a obligé la banque centrale américaine à mener une politique expansionniste. De plus, la Fed a désormais officiellement  carte blanche  pour intervenir sur les marchés afin de maintenir un système agonisant. Selon un bureau d’études économiques, la Fed, en moins d’un an, aura ajouté à son bilan 3 500 milliards USD de dettes.