1969-2009 Les Archives françaises du film – Histoire, collections, restaurations PDF

Jeune fille, elle commence sa carrière 1969-2009 Les Archives françaises du film – Histoire, collections, restaurations PDF scène dans les années 1960 et fait ses débuts à l’écran en 1970. Mais Diane Keaton amène sa carrière cinématographique vers d’autres genres afin de ne pas être cataloguée comme actrice de comédie.


Katharine Hepburn, actrice que Diane Keaton admire particulièrement. Lorsque Diane voit sa mère remporter le titre de  Mrs. Ce procédé mis en place dans les années 1930 permet à la comédienne d’être plus crédible et convaincante face à son public. N’ayant pas voulu se dévêtir à la fin du premier acte dans le rôle de Sheila, la jeune femme acquiert une certaine notoriété. Au cours de la même période, la carrière cinématographique de Diane Keaton est bientôt lancée. Elle devient ensuite la muse de deux jeunes réalisateurs : Francis Ford Coppola et Woody Allen.

Le premier la révèle au grand public et le deuxième en fait une actrice à part entière, dont le talent est salué par l’ensemble des critiques. Francis Ford Coppola est convaincu par l’excentricité de Diane Keaton. Diane Keaton mène cette interprétation en s’appuyant sur son expérience féminine durant le tournage. Un an après cette réussite, elle doit reprendre son rôle pour le second volet de la saga. Mais l’actrice est réticente à retourner sur les plateaux de tournage. C’est en lisant le scénario de Francis Ford Coppola qu’elle change d’avis :  J’étais sceptique à l’idée de jouer à nouveau dans la suite du Parrain. Dans Le Parrain 2, Kay Adams devient la femme de Michael Corleone, le nouveau parrain.

Rendue aigrie par les activités de son mari, Kay Adams-Corleone n’est plus la même dans cette deuxième partie. Plus tard, l’actrice reconnaît finalement que ce rôle n’a pas été enrichissant. La vie et la carrière de Diane Keaton prennent un véritable tournant le jour de sa rencontre avec le jeune réalisateur new-yorkais Woody Allen. Aujourd’hui, même si leur amour a pris fin, leurs collaborations filmiques ont obtenu et continuent d’avoir un grand succès. Diane Keaton y joue le personnage de Sonja, une jeune russe aux opinions philosophiques inexorables.

En 1979, Manhattan marque l’avant-dernière collaboration entre le cinéaste et Diane Keaton. Ce film est le plus symbolique de leur carrière. Pourtant, les tragédies n’ont pas fait défaut à Diane Keaton. Diane Keaton accepte le rôle de Louise Bryant, une journaliste et féministe américaine. Keaton qu’elle n’est  rien de moins que superbe en Louise Bryant. L’actrice est nommée une deuxième fois pour l’Oscar de la meilleure actrice, en 1982. 1977 à cause de problèmes de production, Diane Keaton a failli quitter le projet croyant qu’il ne serait jamais produit.

2006, Diane Keaton revient sur son rôle :  Bryant est un quidam qui se considère extraordinaire mais qui est finalement très ordinaire. Puis, en 1984, elle joue dans son premier thriller : La Petite Fille au tambour. Mais la même année, elle regagne la faveur des critiques et du public grâce à sa performance dans Mrs. En 1987, elle accepte aussi de faire un caméo dans Radio Days de Woody Allen. Avec Le Prix de la passion, en 1988, Diane Keaton se plonge à nouveau dans un drame signé Leonard Nimoy.

Diane Keaton résume sa carrière à celle d’une médiocre vedette de cinéma. Elle prend alors la décision de monter son propre film. Devenue plus mûre, la quadragénaire s’adonne maintenant à des rôles matures, comme celui d’une mère de famille dans Le Père de la mariée et Le Club des ex. Durant cette même année, Keaton revient devant la caméra de Charles Shyer.