4 ANS DE LUTTE SUR LE SOL LIMOUSIN PDF

Allassac est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. La digue et l’ancien moulin sur la Vézère à Garavet. La ville d’Allassac est implantée au croisement des routes départementales 4 ANS DE LUTTE SUR LE SOL LIMOUSIN PDF, 25, 34 et 134.


De 1940 à 1942, le lieutenant-colonel Guingouin a été le « hors-la-loi », l’incarnation de la résistance civile en Limousin. Une condamnation aux travaux forcés à perpétuité, deux autres de 20 ans de la même peine, témoignent de l’acharnement des tribunaux de Vichy à se débarrasser de cet adversaire. En 1942, il organise les premiers éléments du maquis du Limousin qui allait très vite devenir un des premiers de France, le plus redouté de la police de Laval et de Darnand, celui sur lequel les miliciens et les Allemands devaient s’acharner vainement. Pendant la période historique 1942-1944, il est difficile de faire un choix parmi les innombrables faits d’armes du lieutenant-colonel Guingouin. Chef et soldat, il a participé à la tête de ses troupes à tous les coups de main, à toutes les embuscades périlleuses non seulement dans son secteur, mais également et à maintes reprises, loin de sa zone d’habitation habituelle. Pendant la bataille de Sussac, du 17 au 22 juillet, c’est à tous les instants qu’il a donné le plus magnifique exemple d’héroïsme, de maîtrise de soi, du mépris le plus total de la mort.

Elle est également traversée par la ligne des Aubrais – Orléans à Montauban-Ville-Bourbon. La commune est également desservie par les routes départementales 57, 148 et 901. A20 permet par l’échangeur no 48 d’arriver directement à Allassac. Le Saillant En latin aqua saliens qui désignait une eau bondissante. Ce nom évoque des rapides et une cascade dans une gorge profonde.

Il est appelé ad illo Salente en 904. La commune d’Allassac est limitrophe de dix communes. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Il s’est appelé Alaciaco en 947. Ses habitants sont appelés les Allassacois et les Allassacoises. Cassini, représentant la France entre 1756 et 1789. On trouve ensuite Allassat, au début de la Révolution française avant l’apparition définitive du nom actuel en 1801.

En occitan, la commune se nomme Alaçac. Déjà au Mésolithique, le site de la Roche était habité, comme en témoignent les racloirs, et pointes lithiques retrouvés sur les lieux. Occupée par les Romains, Allassac possède déjà plusieurs carrières d’ardoise qui permettront le développement rapide de la ville. En 572, saint Yrieix et sa mère font don d’une exploitation agricole et de forges à Allassac, qui faisait alors partie du pays d’Yssandon. En 864 on transporta à Allassac les reliques des saints Innocents pour les protéger des envahisseurs normands. Au Moyen Âge, Allassac devient une seigneurie de l’abbaye de Saint-Martial de Limoges. 17 tours, 8 portes et 6 châteaux.

L’évêque lutte pour garder son territoire. En 1569, Henri d’Anjou y passe quelques jours avec ses armées. En 1790, Allassac est brièvement chef-lieu de canton avant de céder la place à Donzenac en 1801. En 1870 la population est de 4 200 habitants et, depuis plus d’un siècle, l’exploitation de l’ardoise est une industrie importante. Le paysan est aussi ardoisier, mais le phylloxera mettra fin à cette double économie.