40 ans d’architecture remarquable en Languedoc-Roussillon PDF

La Cité de Carcassonne est un ensemble architectural médiéval qui se trouve dans la ville française de Carcassonne dans le département de l’Aude, région d’Occitanie. Cité font partie du domaine municipal. 40 ans d’architecture remarquable en Languedoc-Roussillon PDF Cité de Carcassonne est située sur la rive droite de l’Aude en surplomb de la ville de Carcassonne située à l’ouest. Du côté Ouest, la pente est assez raide offrant un accès difficile à d’éventuels assaillants.


L’architecture est-elle un art ? Oui, et cet ouvrage tend à nous le rappeler, si tant est que nous l’ayons oublié. Du gros équipement public à l’extension de maisons individuelles, l’architecte sculpte les volumes, écrit les façades, peint l’espace. Cet art, parce que nous le côtoyons et l’utilisons à tout instant, disparaît dans le quotidien, paradoxe d’un exercice qui cherche justement à donner de la qualité, du confort et même du sens à nos lieux de vie. L’architecture vaut la peine qu’on s’y arrête pour éclairer notre lecture de la ville. Ce livre vous offre aujourd’hui une image du patrimoine de demain.

Est, la pente est plus douce et permet un accès aisé des marchandises, mais aussi des attaquants. Aussi, les plus importants mécanismes de défense se trouvent de ce côté de la Cité. La Cité a été successivement un site protohistorique, une cité gallo-romaine, une place forte wisigothe, un comté, puis une vicomté, puis finalement une sénéchaussée royale. Chacune de ces étapes, entre la période romaine et la fin du Moyen Âge, a laissé des témoignages dans les bâtiments qui la composent. Cité, ont été mis au jour par des fouilles archéologiques. Ce lieu est déjà un important carrefour commercial comme le prouvent les restes de céramiques campaniennes et d’amphores.

Ils extrayaient déjà l’or de la mine de Salsigne pour constituer des offrandes à leurs dieux. Ce dernier est agrandi par remblayage et les rues et ruelles forment un plan orthogonal, mais aucun lieu public ni monument de culte n’est actuellement connu. Cette muraille protège la Cité des attaques extérieures tout en permettant de contrôler les passages sur la voie romaine située en contrebas. La Cité jouit peu à peu d’une relative paix politique jusqu’au règne d’Alaric II, comme l’atteste le nombre important de pièces de monnaie des monarques wisigoths de cette époque. En 585, une nouvelle attaque de Gontran, roi franc de Burgondie est couronnée de succès. Mais, les Wisigoths reprennent la cité peu après et en restent maîtres jusqu’en 725.

Carcassonne devint, avec Agde et Maguelonne, le siège d’un évêché. 752, date à laquelle elle est prise par les Francs conduits par Pépin le Bref. C’est cet épisode qui inspira aux auteurs de l’histoire la légende de Dame Carcas détaillée plus loin dans cet article. Le début de la féodalité s’accompagne de l’expansion de la ville et de ses fortifications. Ce château est constitué à l’origine de deux corps de logis auxquels est ajoutée en 1150 une chapelle qui donne un plan en U autour de la cour centrale.

Vers 1240 le château est rehaussé d’un second étage. C’est aussi la période des comtes de Carcassonne. Le premier comte désigné par les Carolingiens est Bellon auquel succède Oliba II. La charge des comtes est d’administrer la région pour le compte du royaume carolingien. Bernard Aton IV Trencavel, vicomte d’Albi, de Nîmes et de Béziers, fait prospérer la ville et lance de nombreuses constructions. C’est également durant cette période qu’une nouvelle religion, le catharisme, s’implante avec succès dans le Languedoc. Mais, avec l’aide de Bertrand de Tripoli, comte de Toulouse, Bernard Aton reprend le contrôle de la Cité.

En 1120, les Carcassonnais se révoltent de nouveau, mais Bernard Aton rétablit l’ordre quelques années plus tard. Dès lors, la Cité de Carcassonne est entourée de sa première fortification complète. Saint-Vincent situé au Nord et le bourg Saint-Michel situé au sud de la porte Narbonnaise. En 1208, le pape Innocent III, confronté à la montée du catharisme, appelle les barons du nord à se lancer dans la croisade des Albigeois. Le comte de Toulouse, accusé d’hérésie, et son principal vassal le vicomte de Trencavel sont la cible de l’attaque. Raimond-Roger Trencavel se rend très rapidement, le 15 août, en échange de la vie sauve de ses habitants. Les bourgs autour de la Cité sont détruits.

D’autres sources parlent d’un assassinat orchestré par Simon de Montfort, mais rien n’est sûr. Les terres sont données à Simon de Montfort, chef de l’armée des croisés. Ce dernier meurt en 1218 au cours du siège de Toulouse et son fils, Amaury VI de Montfort, prend possession de la Cité, mais se révèle incapable de la gérer. La Cité de Carcassonne fait désormais partie du domaine du roi de France et devient le siège d’une sénéchaussée.