Atlas des territoires cutanés du corps humain : Esthésiologie de 240 branches PDF

Cet article est une atlas des territoires cutanés du corps humain : Esthésiologie de 240 branches PDF concernant la médecine. L’hyperesthésie est l’exagération physiologique ou pathologique de l’acuité visuelle et de la sensibilité des divers sens.


Cette 2e édition de l’atlas des territoires cutanés du corps humain traite d’anatomie clinique. Comme la clinique nous donne à observer beaucoup plus de lésions axonales (axonotmèse) que de transsections (neurotmèse), les territoires hypoesthésiques cartographiés sont partiels. Nous avons donc défini pour chaque branche cutanée le territoire autonome et les bornes limitrophes du territoire maximal de distribution cutanée. Chaque planche anatomique est la superposition de dizaines voire de centaines d’observations diagnostiques que nous avons menées sur 1 947 patients. Les observations topographiques sont croisées avec les données publiées dans 96 ouvrages d’anatomie. Cette deuxième édition introduit le lien entre les connaissances anatomiques et la clinique ; plus précisément, elle cherche à démontrer comment ces éléments topographiques permettent d’orienter l’anamnèse, puis de réaliser l’examen clinique. Cet atlas se situe au carrefour de la médecine et de la réhabilitation. Il est destiné aux médecins généralistes et de toutes spécialités, ainsi qu’aux thérapeutes formés à la méthode de rééducation sensitive de la douleur.

La notion d’hyperesthésie est officiellement morte en 1979. Cette définition a été légèrement réadaptée en 1994 par un sous-comité international de l’IASP dont la Française D. Le besoin était alors de distinguer : l’allodynie mécanique, l’hyperalgésie et le concept expérimental d’hyperalgésie secondaire. Pain: Problems Pertaining to the Transmission of Nerve Impulses Which Give Rise to Pain. Merskey et Bogduk, Pratique du traitement de la douleur, 1988, Paris : Doin, traduction de François Boureau. Merskey et Bogduk, 1994, traduction d’A. Esthésiologie de 240 branches, préface S.

EDITORIAL L’hypo-esthésie paradoxalement douloureuse au toucher : La face nord des douleurs neuropathiques. Siaud-Facchin, Jeanne, L’enfant surdoué, Paris, Odile Jacob, 2002, 338 pages p. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 25 juillet 2018 à 02:11. Cet article est une ébauche concernant les neurosciences. Chaque nerf spinal est formé par la réunion de deux racines rachidiennes, l’une dorsale sensitive et l’autre ventrale motrice. Les racines spinales dorsales présentent un renflement appelé ganglion spinal dans lequel se trouvent les corps cellulaires des neurones sensitifs pseudo-unipolaires.

Les racines spinales ventrales sont formées par les axones des motoneurones spinaux qui participent notamment à l’arc réflexe médullaire. Plus généralement, à chaque nerf spinal est associé un segment vertébral ou neuromère qui désigne le territoire anatomique d’influence de ce nerf, c’est-à-dire, la zone du corps innervée par ce nerf à partir de son émergence vertébrale. Dans le domaine de la somesthésie cutanée, le segment rachidien est donc le dermatome sensitif. Dans le domaine moteur, il s’agit du myotome. Le sclérotome aux éléments du squelette innervés par ce nerf. L’angiotome correspond aux vaisseaux sanguins innervés par le nerf spinal.

Le neurotome désigne les tissus nerveux constitués par le nerf spinal et les fibres nerveuses végétatives qui lui sont associés. Les nerfs T2 à T12 ne forment pas de plexus. Jusqu’au troisième mois de la vie fœtale, la moelle spinale occupe toute la longueur du canal rachidien : chaque segment médullaire est bien en face du foramen correspondant. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 12 février 2018 à 21:51.