Bananes sauce gombos PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? La cuisine sénégalaise est souvent décrite comme la plus riche et la plus variée d’Afrique de l’Ouest. Relativement peu connue en Europe en dehors des communautés issues de l’immigration et de quelques restaurants de grandes villes, elle a attiré l’attention des médias en 2004 au moment de la publication du livre de Youssou N’Dour, La Bananes sauce gombos PDF de ma mère.


Du haut de la nacelle qui les emmène nettoyer les plus hautes tours de Bruxelles, Marzouk et Eric contemplent la ville avec délectation. Mais un jour, le fragile pont suspendu bascule… Eric s’en sort indemne. Mais pour Marzouk, c’est le début d’un long séjour à l’hôpital, ponctué par les visites d’Elisabeth et Berenice. Contraint à l’immobilisme et au silence, Marzouk se replonge dans les souvenirs de son passé, tantôt aigres, tantôt doux, comme les bananes à la sauce gombos.

Deux ans plus tôt, dans Un grain de vie et d’espérance, la romancière Aminata Sow Fall avait mis en scène la place essentielle occupée par la cuisine dans la culture et la vie quotidienne au Sénégal. Joséphine Ndiaye Haas a écrit un livre  Cuisine sénégalaise  paru aux Éditions L’Harmattan. Parfois, une personne partage un morceau plus gros ou difficile de découpe et le répartit entre les convives. La viande ne fait pas nécessairement partie du plat de résistance, notamment dans les régions les plus pauvres. En outre les éleveurs peuls par exemple ne mangent guère les bêtes de leur troupeau, destinées avant tout à la production de lait.

Les étals des marchés et les dibiteries proposent surtout du mouton, mais également du bœuf, néanmoins plus coûteux. Selon les régions, on consommera aussi parfois de la chèvre. En revanche, limité aux rares régions chrétiennes, le porc est peu présent. Il est vendu entier ou découpé en morceaux, puisque c’est sous cette forme qu’il est utilisé dans les différentes préparations. On appelle  poulet du pays  l’animal élevé en plein air dans les cours. Plus ferme et plus savoureux, il est préféré aux volailles en batterie que les élevages modernes fournissent aux supermarchés, ici comme ailleurs. Partout les céréales constituent le produit alimentaire de base.

Sa cuisson, dans de grandes marmites, est longue. Le fonio est une céréale rustique et peu exigeante, mais dotée de qualités nutritives, que l’on trouve surtout dans le Sénégal oriental. On l’utilise un peu à la manière du mil. Traditionnellement cultivé en Casamance et plus récemment dans les zones irriguées le long du fleuve Sénégal, le riz est pourtant souvent importé d’Asie. Ses grains sont généralement courts ou cassés, ce qui donne des préparations plus onctueuses que le riz long. Cependant les approvisionnements sont parfois limités ou de qualité modeste en saison sèche. Différentes couleurs et textures de lalo pour donner du liant au couscous.

Le yet aussi appelé cymbium est un mollusque séché artisanalement sur les plages. Il sert à donner du goût à certains plats comme la soupe kandia ou le thiébou dieune, etc. Après avoir cassé la coquille, le mollusque est enterré plusieurs jours dans le sable pour le faisander. La saison des pluies en Casamance est propice à la production de fruits tropicaux juteux.

Au royaume de l’arachide, les cacahuètes crues, bouillies, grillées, salées ou sucrées sont souvent proposées dans la rue, ainsi que des noix de cajou ou d’autres petites choses à grignoter. On peut localiser les différentes recettes selon les aires géographiques du Sénégal. Chaque région a donc ses spécialités, mais la plupart des plats sont consommés indistinctement dans tout le pays. Le mulet farci à la saint-louisienne est une spécialité de Saint-Louis. C’est une recette élaborée, réservée aux grandes occasions.

Le poisson y est accommodé avec de l’huile de palme, des légumes et du riz. Une sauce aux citrons verts l’accompagne généralement. Le yassa de poulet est également un plat originaire de Casamance. Fatick et Kaolack se prépare tout particulièrement à l’occasion de la Tamkharit, le jour de l’an musulman. Mali mais réadapté à la gastronomie sénégalaise, le mafé malien et le mafé sénégalais étant d’ailleurs gustativement différents. C’est un plat à base de riz wolof avec une sauce onctueuse à la pâte d’arachide qui lui donne une saveur particulière. Le domoda est un plat originaire du Sénégal oriental préparé avec du riz accompagné d’une sauce vinaigrée à la tomate et à la farine.