Carte géologique : Le Quesnoy PDF

En long, en large et en travers. Répertoire des carte géologique : Le Quesnoy PDF et villages de l’Avesnois. Chaque ville ou village de l’Avesnois a donc désormais sa page.


Villes et villages de l’Avesnois est un site participatif destiné à valoriser et à faire découvrir notre territoire. Facebook consacrés à l’Avesnois et auxquels tout un chacun peut adhérer. L’Avesnois, 59 photos pour découvrir ce p’tit coin du Nord. Votre navigateur ne prend pas en charge les cadres insérés ou est actuellement configuré pour ne pas les afficher. Belgique au Nord et à l’Est. Sa population est d’environ 240 000 habitants.

Le bocage est en nette régression dans la partie nord du parc depuis quelques décennies, du fait des remembrements notamment. Les paysages de bocages verdoyants sont pour partie des reliques de l’antique forêt charbonnière ou préhistorique, fortement réaménagés par l’Homme, mais encore très enherbés en raison d’un sous-sol peu propice à l’agriculture intensive. C’est une des zones les plus riches en biodiversité de la région Nord-Pas-de-Calais, jouant un important rôle de « réservoir » pour la trame verte régionale. Dans le cadre du réseau écologique paneuropéen, c’est une zone intermédiaire entre cette région et les Ardennes.

Haie d’Avesnes sont les paysages les plus caractéristiques de l’Avesnois. L’Avesnois compte plus de 1200 oratoires, chapelles, calvaires et niches. Photos et descriptions figurent sur ce site. En ce qui concerne les oratoires, ils sont sans doute, les éléments les plus originaux de notre patrimoine religieux mais aussi les plus nombreux avec environ 700 édifices.

L’inventaire du patrimoine religieux de l’Avesnois a été établi. Vous en trouverez le tableau en suivant ce lien. Afin de différencier chapelles et oratoires, étant donné que ces derniers sont souvent appelés « chapelles », ce sont les options « on peut y entrer pour les chapelles » et « on ne peut pas y entrer pour les oratoires » qui ont été retenues. Calvaires, chapelles et niches constituent les trois autres types de patrimoine religieux fréquents en Avesnois. Calvaires et chapelles sont fréquemment érigés notamment au croisement de deux voies ou dans les cimetières.

Cependant, si de nombreux calvaires sont l’expression d’une foi collective, les chapelles sont plus souvent privées, étant construites en mémoire d’un défunt ou affirmant une certaine position sociale. Un plan a été établi pour chaque commune de l’Avesnois. Abbayes et églises forment un diptyque patrimonial majeur du patrimoine religieux de l’Avesnois. La création d’abbayes se fit dans une perspective d’évangélisation du territoire qui donna naissance à un réseau de paroisses à l’origine de nos villages.

Le passé antique de l’Avesnois est essentiellement visible à Bavay. Terre frontalière donc terre de passages souvent convoitée, l’Avesnois a été au cœur des grands conflits qui ont émaillés l’histoire de France. La protection des hommes et des frontières a toujours été une préoccupation au fil des siècles, les méthodes pour y parvenir ayant changé en fonction des évolutions des armes utilisées où des techniques. Les villes fortifiées par Vauban ont su mettre en valeur leurs remparts en les restaurant et en les aménageant de façon à en faire des lieux de promenade et de découverte propices au développement du tourisme en Avesnois. Outre les remparts, l’Avesnois a gardé de nombreux forts disposés le long des lignes défensives mises en place lors des derniers conflits mondiaux, et témoins d’un passé militaire beaucoup plus récent. Derniers remparts pour se protéger, les châteaux, comme on peut le voir sur les albums de Croÿ, ont été nombreux dans l’Avesnois.