Cervico-scapulalgies professionnelles PDF

Argumenter l’attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Les rachialgies sont très fréquentes dans la population générale. Elles sont classées selon l’étage anatomique douloureux cervico-scapulalgies professionnelles PDF rachis : cervicalgies, dorsalgies et lombalgies.


Les cervicoscapulalgies peuvent être reconnues comme maladies professionnelles « hors tableaux de la sécurité sociale » dans de nombreuses professions où le rachis cervical est exposé. En outre, ces pathologies sont souvent associées à des affections de l’épaule – officiellement reconnues parmi les troubles musculo-squelettiques (TMS).

Sont traitées ici uniquement les rachialgies sans atteinte neurologique, en particulier sans radiculalgies associées. En faveur d’une fracture : notion de traumatisme, prise de corticoïdes, âge supérieur à 70 ans, ostéoporose, antécédent de tassement vertébral. En faveur d’une néoplasie : âge supérieur à 50 ans ou inférieur à 20 ans, perte de poids inexpliquée, antécédent tumoral ou échec du traitement symptomatique. En faveur d’une infection : fièvre, douleur à recrudescence nocturne, contexte d’immunosuppression, infection urinaire récente, sonde urinaire à demeure, prise de drogue intraveineuse, prise prolongée de corticoïdes.

En faveur d’une inflammation : début progressif avant 40 ans, raideur matinale majeure, atteinte des articulations périphériques, uvéite, psoriasis, signes d’appels cutanés, colites, écoulement urétral, antécédent familial de spondylarthropathie. En rapport avec une souffrance du segment mobile, non symptomatique d’une des pathologies ci-dessus. 1 Handicap des lombalgies non spécifiques. Si un facteur déclenchant est souvent recherché à l’interrogatoire, il n’est pas systématiquement retrouvé. Douleur à la palpation des épineuses. La position permettant un examen optimal du rachis lombaire est la position mettant le patient en décubitus ventral en travers de la table : cette position détend les fléchisseurs de hanche et corrige la lordose lombaire.

En cas de recherche d’une lombalgie symptomatique, numération-formule sanguine, protéine C-réactive et vitesse de sédimentation seront demandées, en complément des examens d’imagerie. La plupart des épisodes de lumbagos évoluent naturellement vers la guérison en quelques jours. Calmer la douleur, restaurer la mobilité et la fonction, et surtout éviter le passage à la chronicité et les arrêts de travail prolongés. Traitement essentiellement médicamenteux : antalgique de palier 1 ou 2, en fonction de l’intensité des douleurs.

Discuter l’ajout de myorelaxants, sur une courte durée, en cas d’échec des antalgiques, pour contrôler la douleur. Pas de prescription initiale de masso-kinésithérapie : absence de réelle efficacité prouvée dans la lombalgie aiguë. Une prise en charge en kinésithérapie de ville peut être envisagée en l’absence d’amélioration après 4 semaines de traitement médicamenteux ou en cas d’antécédents d’épisodes analogues. Les programmes multidisciplinaires de reconditionnement à l’effort en milieu professionnel peuvent être une option thérapeutique pour les actifs en arrêt de travail depuis au moins 4 à 8 semaines.

Conseiller aux patients de rester actifs et de poursuivre leurs activités quotidiennes normalement, ainsi que leur activité professionnelle, si le niveau de douleur le permet. Les manipulations vertébrales peuvent être utilisées. Une ceinture de maintien lombaire peut être prescrite, en particulier pour la reprise des activités physiques et professionnelles ou pour les efforts physiques qui sollicitent le plus le rachis lombaire. En effet, en orthostatisme, les muscles érecteurs du rachis sont soumis en permanence à la force de la gravité et sont donc stimulés en continu. Le port d’orthèse peut par contre entraîner un trouble de la proprioception, facilement rééducable. Ce raisonnement ne s’applique pas à l’immobilisation du rachis cervical, car ce dernier possède des amplitudes articulaires plus grandes et plus variées, ainsi que des groupes musculaires plus nombreux et qui ne sont pas tous soumis à la pesanteur lors de la position d’orthostatisme.

La lombalgie chronique est une pathologie courante. Responsable de nombreux arrêts de travail et d’invalidité. EVA, traitements antalgiques déjà tentés et leur efficacité, port d’une ceinture lombaire. Recherche d’une inégalité de longueur des membres inférieurs.