Chers Amis de Partenia… PDF

Mgr Gaillot lors d’une manifestation, en 2011. Jacques Gaillot naît le 11 chers Amis de Partenia… PDF 1935 à Saint-Dizier. En 1977, il est nommé vicaire général du diocèse de Langres puis devient évêque d’Évreux en mai 1982.


« J’ai fait un rêve : celui de pouvoir accompagner les pauvres, les exclus, les pas grand-chose, sans avoir à m’expliquer, me justifier auprès des riches, des nantis, des confortables. Celui de pouvoir me rendre où la détresse m’appelle sans avoir à déposer de préavis. Celui de pouvoir m’indigner contre la misère, l’injustice, la violence, le commerce des armes et les famines réglementees sans être classé en politique…

J’ai fait un rêve : celui de pouvoir vivre ma foi au sein de l’Église, mais également dans la société, dans mon temps et avec mon temps. Celui d’avoir la liberté depenser, de m’exprimer, de débattre, de critiquer sans le couperet. Celui d’être différent dans l’unité et de rester moi-même, solitaire et solidaire. Celui enfin de pouvoir annoncer un Évangile de liberté sans être marginalisé…

J’ai fait un rêve, et ce rêve devient réalité. Le pape vous a rendu un grand service, m’a écrit quelqu’un. Vous allez pouvoir quitter votre palais, et vivre du Christ, avec lui, où il est … À ce détail près que mon évêché d’Évreux n’était pas un palais, ce correspondant dit vrai : en me libérant contre mon gré, Rome m’offre plus que je n’osais l’espérer, bien plus qu’un diocèse, bien plus qu’un évêché. Elle m’offre Partenia. »

Jacques Gaillot a été membre du Comité de parrainage du Centre de documentation et de recherche sur la paix et les conflits rebaptisé Observatoire des armements. Durant l’assemblée annuelle épiscopale, il est l’un des deux évêques à voter contre le texte épiscopal sur la dissuasion nucléaire. En 1985 il soutient l’intifada en Palestine et rencontre Yasser Arafat à Tunis. En 1988, il défend l’ordination des hommes mariés devant une séance privée de l’assemblée à Lourdes.