Commentaires Bibliques. L’harmonie évangélique. Quatrième Volume. PDF

Incipit de l’évangile selon Jean, f. Grand Évangéliaire de saint Colomba, est un manuscrit illustré de motifs ornementaux et réalisé par des moines de culture celtique aux alentours de l’année 800. Considéré comme un chef-d’œuvre du christianisme irlandais et de l’art irlando-saxon, il constitue malgré son inachèvement l’un des plus somptueux manuscrits enluminés ayant pu survivre à l’époque du Moyen Âge. Le folio 29r contient l’commentaires Bibliques. L’harmonie évangélique. Quatrième Volume. PDF de l’Évangile selon Matthieu, dit Liber generationis.


Commentaires de Jean Calvin sur le Nouveau Testament. Premier Tome. L’harmonie Évangélique. Quatrième Volume.

L’ouvrage respecte la plupart des normes iconographiques et stylistiques présentes dans des écrits plus anciens : par exemple, la forme des lettres décorées ouvrant chacun des quatre Évangiles est étonnamment régulière parmi tous les manuscrits des îles britanniques composés à cette époque. Le Livre de Kells tient son nom de l’abbaye de Kells, elle-même située à Kells dans le comté de Meath, en Irlande. Les moines étaient originaires du monastère de Iona, une île des Hébrides située au large de la côte ouest de l’Écosse. La détermination exacte du lieu et de la date de réalisation du manuscrit a prêté à des débats considérables. On recense au moins cinq théories différentes sur l’origine géographique du manuscrit.

D’autres chercheurs avancent que le manuscrit pourrait tout aussi bien avoir été rédigé entièrement au scriptorium de Kells. Si l’on considère, comme c’est généralement le cas, que le manuscrit dont il est question est bien le Livre de Kells, il s’agit alors de la première date où l’on peut localiser avec certitude l’ouvrage à Kells. Kells furent recopiés sur quelques-unes des pages blanches du Livre de Kells, ce qui fournit ainsi une nouvelle confirmation de la présence de l’ouvrage dans cet établissement monastique. Le folio 27r contient les quatre symboles évangéliques. Topographia Hibernica un grand livre évangélique qu’il aurait admiré à Kildare, près de Kells, et que l’on suppose être le Livre de Kells.