Communautés virtuelles : penser et agir en réseau PDF

Internet considéré comme un espace de socialisation, un lieu dont l’une communautés virtuelles : penser et agir en réseau PDF ses fonctions principales est de faire interagir les utilisateurs entre eux afin d’assurer une production continuelle de contenu, et non plus uniquement la distribution de documents. Il est considéré comme un aspect très important du Web 2.


Dans les médias, la littérature ou les sciences sociales aujourd’hui, le recours à la notion de communauté virtuelle s’est banalisé. Ce terme est devenu en même temps source d’interprétations divergentes. L’objectif de cet ouvrage collectif est de clarifier l’usage de cette notion à partir d’un examen des pratiques inédites qui y sont associées.
L’ouvrage cherche à reconstruire conceptuellement l’idée de communauté virtuelle par un retour aux fondements historiques, philosophiques et sociologiques de cette notion. Les contributeurs tentent d’inventorier les problèmes pratiques et théoriques auxquels font face les responsables de l’implantation de dispositifs pour constituer ces «collectifs électroniques». Pensons aux outils logiciels facilitant les actions de coopération, de même qu’aux dispositifs interactifs créés par des artistes en vue de renouveler l’échange esthétique.
Cet ouvrage présente une cartographie de travaux interdiscipli­naires décrivant les pratiques effectives de communication, de coordination ou de coopération facilitées par l’usage de ces dispositifs. Au fil de l’ouvrage, des variations d’usage de la notion de communauté, avec ou sans caractérisation technologique, sont abordées  : commu­nauté interprétative, communauté de pratique, réseau d’usagers en ligne, communauté imaginée, communauté média­tisée, communauté épistémique. Les auteurs s’interrogent sur les caractéristiques attribuées à ces communautés qui pourraient préfigurer une société de l’avenir.

En particulier, il est associé à différents systèmes sociaux tels que le réseautage social, les blogs ou les wikis. En 1955, le terme Social Web apparait sous la plume de l’auteur C. Krey dans l’essai History and the Social Web publié par les presses de l’université du Minnesota. Finalement, à partir de 2005, ce concept a aussi connu un développement très important avec l’arrivée du Web 2.

0, avec lequel il est très fortement lié, du fait de l’importance qui est donnée à la participation des individus. Les blogs et les wikis sont d’excellents exemples de la collaboration à travers Internet, une caractéristique de l’interaction du groupe qui caractérise le Web social. Blogs et les Wikis permettent aux utilisateurs de partager des informations et s’éduquer les uns les autres, ces interactions sociales sont centrées sur le contenu et la signification. Les blogs et les wikis sont utilisés par ceux qui les écrivent et les références en tant que ressources. Le Crowdsourcing est également utilisé dans le cadre du web, en particulier ces dernières années, à l’aube du web sémantique et du Web 2.

Le terme crowdsourcing est un néologisme sémantiquement calqué sur l’outsourcing. Impartition à grande échelle  ou encore  externalisation distribuée à grande échelle  sont d’autres traductions plus précises. Il existe de nombreuses formes, outils, buts et stratégies de crowdsourcing. Le travail peut être collaboratif ou au contraire s’effectuer purement en parallèle. Dans une approche économique, il peut s’agir de remplir une tâche au moindre coût faisant appel à des réseaux spécialisés ou au grand public. La plupart des applications mobiles récentes, et même les applications web, proposent des kits de développement d’applications pour les développeurs.

Les développeurs peuvent créer leurs applications et les partager avec les utilisateurs par l’intermédiaire d’un  marché des applications . Les applications mobiles sociales sont construites en utilisant diverses API. Ces API permettent l’interconnexion de données en une seule base de donnée sociale que ce soit sur Facebook, Twitter, ou un compte Google, créant ainsi une véritable connexion de données. Grâce à l’utilisation du Web social, nombre de développeurs de logiciels ont choisi de participer à des projets communautaires des logiciels libres. Linux sont des parfaits exemples de l’efficacité et de l’efficience de ce genre de collaboration. On désigne par le terme « friending » le fait d’ajouter quel qu’un à sa liste d' »amis » sur un site de réseau social.

Toutefois cela ne va pas forcément de pair avec la notion d’amitié. Un accès aux contenus de la personne, la possibilité d’engager une discussion, etc. Ils se le sont approprié en tant qu’accélérateur de circulation d’information et comme outil de mobilisation. Un des éléments constitutif du Web 2. 0 est l’avènement d’une nouvelle forme d’activisme politique. Des éléments permettent d’identifier des outils utilisés pour mettre à profit ce terrain, notamment l’usage ciblé et caractérisé des liens hypertextes pour agréger des utilisateurs autour d’une cause.

Dans le cadre de la pétition sur la sortie de nucléaire, son URL a été partagé sur 21 sites. Cela pouvait être aussi bien des sites politiques que des blogs personnels. Le web social a changé la manière dont les individus peuvent partager des informations personnelles, se rencontrer, faire leurs courses ou rechercher du travail. Un bon nombre de sites utilisent l’interaction sociale en ligne en vue d’une interaction dans la vie réelle. Internet sur la sociabilité des individus. Il est toutefois indéniable que le web social est un moyen supplémentaire de rencontrer et d’échanger. Il peut répondre à un besoin de trouver des partenaires de jeu, de rencontrer physiquement de nouvelles personnes ou simplement d’échanger sur des thèmes divers et variés.

Certains travaux y voient aussi un moyen de sortir de son isolement et de dépasser les tensions de la vie quotidienne. Les répertoires d’action télématiques du néo-militantisme , Le Mouvement Social, vol. Pratiques et engagement féministe sur Internet , Nouvelles Questions Féministes, vol. 0 , Revue française de science politique, vol.

Les mobilisations de clavier , Réseaux, vol. On social Websites , Information Systems, vol. How does the Internet Affect Social Capital? Usage de l’Internet et investissement en capital social. Social capital and the Internet: Evidence from Swiss panel data.