Contre Léocrate. Fragments PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Si ce bandeau n’est plus contre Léocrate. Fragments PDF, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Issu d’une vieille famille aristocratique athénienne, les Etéboutades, Lycurgue suit dans sa jeunesse les leçons de Platon, puis d’Isocrate.


Avec Lycurgue, une fois n’est pas coutume, la vie de l’auteur nous est mieux connue que ses œuvres. En effet, à la fois le Caractère des dix orateurs de Caecilius et la Vie des dix orateurs du Pseudo-Plutarque, donnent une biographie détaillée de l’auteur du Contre Léocrate. Né quelques années avant Démosthène, Lycurgue appartenait à un des plus vieilles familles d’Athènes, les Etéoboutades, eupatrides distingués, dont la lignée remontée à Poséidon Erechtheus lui-même. Aussi était-il naturel que Lycurgue reçût des charges à la fois sacerdotales et politiques, notamment la fonction de tamias, chargé de veiller sur le trésor public. Toutefois, ce n’est qu’à partir de la bataille de Chéronée (338 avt J.-C.) que sa carrière politique prend toute son ampleur. Alors que tout espoir d’indépendance apparaît vain, que même Démosthène doit lâcher prise et que Philippe triomphe, Lycurgue prend la tête du parti antimacédonien. Sa politique courageuse et intransigeante ne porte ses fruits que de manière posthume, lorsqu’en 322, à la mort d’Alexandre, la guerre lamiaque oppose à nouveau les Athéniens aux Macédoniens.

Notre édition rassemble en un volume la totalité des œuvres de Lycurgue qui nous sont, à ce jour, parvenues, pour la plupart de manière fragmentaire. Une riche introduction présente un par un les discours dont nous avons connaissance, discute et commente les différentes biographies concernant Lycurgue. L’argument et les circonstances historiques du Contre Léocrate, seul texte de Lycurgue qui nous soit parvenu dans sa totalité. La tradition manuscrite est relatée en détail, tandis que l’édition est assortie de « La Vie de Lycurgue » selon Pseudo-Plutarque. Des notes accompagnent la lecture.

Il est élu en 338 avant notre ère à un poste nouvellement créé de contrôleur des finances – il reste à cette fonction pendant douze ans. Il meurt vers 324 à Athènes. Si l’on voit dans Lycurgue l’instigateur de tout ce mouvement, d’autres citoyens athéniens ont œuvré dans ce même sens. Pour ce qui est des finances, dont Lycurgue avait la charge, on tient ce dernier pour avoir porté le montant annuel des revenus de l’État à 1200 talents. Ces années virent l’ouverture de nouvelles mines et la remise en fonction d’anciennes galeries abandonnées qui ont apporté beaucoup à l’accroissement des revenus. Depuis Périclès, Athènes n’avait jamais connu une activité aussi étendue dans le domaine de la construction.

C’est également la dernière fois qu’Athènes peut poursuivre des travaux de grande envergure seule. La muraille est alors consolidée, le port élargi, un arsenal édifié. Celui ci pourvoit également le théâtre de Dionysos d’un nouveau dispositif de gradin en pierre. La bonne gestion des finances par Lycurgue permet également à la cité de remettre sur pieds son armée et sa marine. Le nombre de navires de guerre croît alors d’année en année.