Diagnostic et traitement des affections oculaires. Tome I PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Vue agrandie d’une cataracte dans un œil humain prise avec une lumière diffuse. La cataracte est l’opacification partielle ou totale du cristallin, lentille diagnostic et traitement des affections oculaires. Tome I PDF située à l’intérieur de l’œil.


Diagnostic et traitement des affections oculaires. I / par les docteurs X. Galezowski,… V. Daguenet,…
Date de l’édition originale : 1883-1885

Ce livre est la reproduction fidèle d une uvre publiée avant 1920 et fait partie d une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l opportunité d accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les uvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Grecs et les Romains où elle est observée chez les animaux et chez l’Homme. Il opérait la cataracte avec un outil semblable à une cuillère adapté aux âges des patients. La cataracte a été décrite sous diverses formes et l’on utilise souvent la peinture de Claude Monet pour illustrer comment elle peut influencer la perception des images et des couleurs : Monet a peint des séries d’un même sujet sur des années alors que sa maladie déformait progressivement sa vue. 37 millions d’aveugles dans le monde. Il existe des cas de cataracte congénitale. Vue en coupe montrant la position du cristallin dans l’œil humain. Les cataractes se différencient par leur localisation : capsulaire ou sous-capsulaire, corticale ou nucléaire, équatoriale ou polaire.

Les cataractes peuvent être partielles ou complètes, stables ou évolutives, solides ou molles. Le type principal en relation avec l’âge est une sclérose du nucléus, corticale, et postérieure sous-capsulaire. La sclérose nucléaire est la forme la plus commune et concerne la partie centrale de la lentille ou nucléus. Avec le temps, celui-ci devient dur et scléreux du fait de la condensation des composants de la lentille avec des dépôts de pigments bruns à l’intérieur de la lentille. Elle survient quand un changement apparaît dans le contenu hydrique de la périphérie de la lentille entraînant la formation de fissures.

Quand ce type de cataractes est vu à travers un ophtalmoscope ou un autre système grossissant, l’apparence est identique aux rayons blancs d’une roue pointant vers l’intérieur. Du fait de la focalisation de la lumière à la partie postérieure de la lentille, elle peut engendrer des symptômes disproportionnés par rapport à leur taille. La cataracte mature est l’une des cataractes dans laquelle toutes les protéines de la lentille sont devenues opaques alors que dans la cataracte immature il persiste un certain degré de transparence des protéines. Dans la cataracte hypermature, aussi dénommée cataracte de Morgagni, les protéines de la lentille sont devenues liquides. Les cataractes sont ainsi classifiées selon leur type, cataracte nucléaire, corticale, ou postérieure, puis selon leur sévérité sur une échelle de 1 à 5. Avec le passage du temps, les facteurs environnementaux entrainent la dénaturation des protéines du cristallin. Ce sont en particulier les toxines, les radiations et surtout les UV qui ont un effet cumulatif.

Alors que le gonflement se résorbe habituellement avec le temps, la coloration blanche peut rester. Lors des traumatismes sévères ou les plaies pénétrantes de l’œil, la capsule dans laquelle la lentille cristallinienne siège peut être endommagée. Il a été reconnu sur des expérimentations animales et sur des études épidémiologiques chez l’humain, que les micro-ondes peuvent causer des cataractes. Le mécanisme n’est pas clair mais pourrait inclure des changements de la sensibilité des enzymes à la chaleur qui protège habituellement les protéines de la lentille.