Elizabeth, reine de coeur PDF

Italie d’où elle est originaire par son père. Son nom est irrémédiablement attaché aux guerres de Religion opposant catholiques et protestants. Partisane d’une politique de conciliation, elle est l’instauratrice en France de la liberté de conscience pour les protestants, et a de nombreuses fois tenté de faire accepter le concept de tolérance elizabeth, reine de coeur PDF. L’enfance de Catherine dans la ville de Florence est perturbée par la guerre que se livrent Clément VII et l’empereur Charles Quint.


Les républicains florentins profitent de la défaite du pape et du désordre qui règne à Rome pour se révolter contre les Médicis et prendre le contrôle de la ville. Saint-Empire romain germanique mettent en place le siège de la ville. Catherine n’a alors que dix ans et restera toute sa vie marquée par la cruauté politique de ce conflit. Placée sous la protection directe du pape, elle y reçoit une éducation très soignée. Elle bénéficie ainsi d’une culture raffinée, imprégnée d’humanisme et de néoplatonisme. Catherine représente, en effet, un parti utile pour François Ier dans le contexte des Guerres d’Italie.

Catherine quitte Florence le 1er septembre 1533 et rejoint la France à bord de la galère du pape. Il avait été convenu dans le contrat que le pape procurerait une dot assez importante pour combler le trou des finances royales. S’ensuivent des festivités somptueuses, qui durent plusieurs semaines. L’alliance avec la papauté ne procure finalement pas à la France les effets escomptés du fait de la mort de Clément VII, survenue l’année suivante. Au début de son mariage, Catherine n’occupe que peu de place à la Cour, bien qu’elle y soit appréciée pour sa gentillesse et son intelligence.

Le 10 août 1536, le destin de Catherine bascule. Le fils aîné de François Ier, le dauphin François, meurt soudainement, faisant de l’époux de Catherine l’héritier du trône. Pour Catherine, la menace de répudiation plane dès 1538. Mais elle reçoit l’appui inattendu de Diane de Poitiers, sa propre cousine et celle d’Henri.

Elle laisse Henri arborer partout les couleurs de Diane. Remarquée pour son intelligence, Catherine est appréciée par le roi, son beau-père. Partageant avec sa belle-sœur Marguerite de France un goût pour les arts et lettres, Catherine devient son amie. Alors qu’elle craint de plus en plus d’être répudiée, elle accouche finalement en janvier 1544 d’un héritier : François, futur François II de France.

Le 10 juin 1549, Catherine est officiellement sacrée reine de France à la basilique de Saint-Denis. Le rôle qui lui est conféré à la cour consiste à procréer. En l’espace d’une quinzaine d’années, Catherine met au monde dix enfants, dont sept survivent. Les difficultés de l’accouchement de jumelles en 1557 achèvent ces maternités successives. Dans sa maison, Catherine réunit autour d’elle une cour, où elle place de nombreux compatriotes italiens. Elle reste très attentive à la politique italienne de la France et protège les opposants au grand-duc de Toscane, qui se sont exilés dans le royaume. Henri II, Catherine doit souffrir la présence de la favorite royale Diane de Poitiers.

Bien que par respect pour elle, le roi lui cache ses infidélités, elle doit accepter que sa rivale prenne une place importante à la cour. Diane de Poitiers exerce une influence importante sur le roi et reçoit en contrepartie de nombreuses responsabilités. Jeton en argent sur Catherine de Médicis. Catherine obtient des responsabilités quand le roi reprend la guerre en 1552 contre Charles Quint et s’absente pour mener les opérations dans l’est du royaume. Catherine est nommée régente et avec l’aide du connétable Anne de Montmorency, elle assure l’approvisionnement et le renforcement des armées. Le traité est suivi par des festivités au cours desquelles des mariages princiers doivent venir renforcer les alliances politiques tout juste conclues.

Son mariage avec Henri II à l’âge de quatorze ans demeure longtemps stérile, mais elle finit par mettre au monde son premier enfant à l’âge de vingt-quatre ans et demi. Dauphin de France dès 1547, à la mort de son grand-père François Ier, il devient roi de France en 1559 à la mort de son père. Il épouse la reine d’Écosse Marie Stuart en 1558. Elle devient reine d’Espagne en épousant Philippe II en 1559. Elle devient duchesse de Lorraine en épousant Charles III de Lorraine en 1559 dont elle a neuf enfants. Duc d’Orléans sous le nom Louis III, il meurt âgé d’un an et huit mois.

Duc d’Orléans suite au décès de son frère Louis, il devient roi de France en 1560 à la mort de son frère ainé François II. Il épouse Élisabeth d’Autriche en 1570 dont il n’a qu’une fille. Il est titré successivement duc d’Angoulême à sa naissance, duc d’Orléans en 1560, duc d’Anjou en 1566 pour devenir roi de Pologne en 1573. Roi de France en 1574 à la mort de son frère Charles, il épouse Louise de Lorraine-Vaudémont en 1575. Elle devient reine de Navarre en 1572, puis reine de France en 1589 en épousant Henri IV mais ne lui donne pas d’enfants.