Georges Catlin : Une vie à peindre les Indiens des plaines PDF

Cet article est une ébauche concernant un peintre américain. William Fisk – George Catlin – Georges Catlin : Une vie à peindre les Indiens des plaines PDF Art Project.


En 1821, George Catlin abandonne une brillante carrière d’avocat, pour se consacrer à sa passion : peindre les indiens. Il voyage beaucoup dans les vastes territoires américains, et rapporte des peintures, des dessins et des objets d’artisanat. Son œuvre offre un témoignage essentiel sur la culture amérindienne. Son style est caractérisé par un trait synthétique et un minimalisme des couleurs, révélateur des conditions difficiles de ses voyages, et de la rapidité d’exécution nécessaire. En 1838, Catlin crée l’Indian Gallery, destinée à rassembler le matériel qu’il a constitué.

Elle est présentée sur la côte est des États-Unis, ainsi qu’en Europe, où elle rencontre un grand succès. En 1845, Le roi de France Louis-Philippe Ier reçoit au sein du Palais des Tuileries le peintre américain George Catlin accompagné d’une troupe de danseurs amérindiens. En 1852, victime d’une spéculation financière, Catlin fait faillite et, s’intégrant difficilement à la vie urbaine, il repart en voyage parmi les tribus d’Indiens. En 1860, il tente l’exploration de la jungle équatoriale sud-américaine, mais n’y retrouve pas son rapport particulier avec le monde amérindien. Dippie, Christopher Mulvey, Joan Carpenter Troccoli et Therese Thau Heyman, George Catlin and his Indian Gallery, éd. George Gurney and Thérése Thau Heyman, Smithsonian American Art Museum and W. Benita Eisler, The Red Man’s Bones : George Catlin, Artist and Showman, W.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 5 mars 2019 à 21:40. Cet article est une ébauche concernant un peintre américain. William Fisk – George Catlin – Google Art Project. En 1821, George Catlin abandonne une brillante carrière d’avocat, pour se consacrer à sa passion : peindre les indiens.

Il voyage beaucoup dans les vastes territoires américains, et rapporte des peintures, des dessins et des objets d’artisanat. Son œuvre offre un témoignage essentiel sur la culture amérindienne. Son style est caractérisé par un trait synthétique et un minimalisme des couleurs, révélateur des conditions difficiles de ses voyages, et de la rapidité d’exécution nécessaire. En 1838, Catlin crée l’Indian Gallery, destinée à rassembler le matériel qu’il a constitué. Elle est présentée sur la côte est des États-Unis, ainsi qu’en Europe, où elle rencontre un grand succès. En 1845, Le roi de France Louis-Philippe Ier reçoit au sein du Palais des Tuileries le peintre américain George Catlin accompagné d’une troupe de danseurs amérindiens. En 1852, victime d’une spéculation financière, Catlin fait faillite et, s’intégrant difficilement à la vie urbaine, il repart en voyage parmi les tribus d’Indiens.

En 1860, il tente l’exploration de la jungle équatoriale sud-américaine, mais n’y retrouve pas son rapport particulier avec le monde amérindien. Dippie, Christopher Mulvey, Joan Carpenter Troccoli et Therese Thau Heyman, George Catlin and his Indian Gallery, éd. George Gurney and Thérése Thau Heyman, Smithsonian American Art Museum and W. Benita Eisler, The Red Man’s Bones : George Catlin, Artist and Showman, W. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 5 mars 2019 à 21:40. Cet article est une ébauche concernant un peintre américain. William Fisk – George Catlin – Google Art Project. En 1821, George Catlin abandonne une brillante carrière d’avocat, pour se consacrer à sa passion : peindre les indiens.

Il voyage beaucoup dans les vastes territoires américains, et rapporte des peintures, des dessins et des objets d’artisanat. Son œuvre offre un témoignage essentiel sur la culture amérindienne. Son style est caractérisé par un trait synthétique et un minimalisme des couleurs, révélateur des conditions difficiles de ses voyages, et de la rapidité d’exécution nécessaire. En 1838, Catlin crée l’Indian Gallery, destinée à rassembler le matériel qu’il a constitué. Elle est présentée sur la côte est des États-Unis, ainsi qu’en Europe, où elle rencontre un grand succès.

En 1845, Le roi de France Louis-Philippe Ier reçoit au sein du Palais des Tuileries le peintre américain George Catlin accompagné d’une troupe de danseurs amérindiens. En 1852, victime d’une spéculation financière, Catlin fait faillite et, s’intégrant difficilement à la vie urbaine, il repart en voyage parmi les tribus d’Indiens. En 1860, il tente l’exploration de la jungle équatoriale sud-américaine, mais n’y retrouve pas son rapport particulier avec le monde amérindien. Dippie, Christopher Mulvey, Joan Carpenter Troccoli et Therese Thau Heyman, George Catlin and his Indian Gallery, éd. George Gurney and Thérése Thau Heyman, Smithsonian American Art Museum and W. Benita Eisler, The Red Man’s Bones : George Catlin, Artist and Showman, W.