Histoire populaire et parlementaire de la Commune de Paris PDF

Antiquité, le Moyen Âge et l’histoire populaire et parlementaire de la Commune de Paris PDF moderne – et aux études parlementaires dans leur diversité. La revue est indexée dans la Bibliographie annuelle d’histoire de France, dans la base Scopus et l’International Bibliography of the Social Sciences. It deals with late modern and contemporary political history and parliamentary studies, mainly in France and in Europe. Each thematic issue contains about ten original articles, commented rare sources and a book review.


Qu’a voulu la commune ? Elle a tenté de créer une nouvelle forme de relation sociale qui ne serait pas dépendante de l’Etat, mais dont l’Etat, au contraire, dépendrait. Il s’agissait de rendre le pouvoir à l’individu et aux collectivités afin qu’il ne descende plus d’un centre, qui a toujours masqué l’image d’un Père ou d’un Dieu. Marx, puis les Marxistes, n’ont cessé de renvoyer à cette conception de la Commune : c’est leur référence et leur modèle. En théorie du moins, car en réalité, rien n’est plus « centraliste » que les régimes sortis de leur système. Marx a une excuse : il est mort avant d’avoir pu écrire la partie du Capital qui devait traiter de l’Etat; quand aux marxistes… En étudiant cette affaire, on constate un fait qui dérange et questionne. Les témoins et les acteurs de la Commune ont laissé beaucoup de récits, de mémoires, d’histoires. Or, un seul est constamment réédité : Lissagaray, avec justice d’ailleurs, son Histoire de la Commune étant aussi belle que bien documentée. Mais si le récit est parfait, on n’y trouve guère ce qui fait de la Commune un modèle : ses idées. Un seul communard a exposé les idées de la Commune, c’est Arthur Arnould. Ce récit est le complément indispensable du livre de Lissagaray. Si indispensable qu’il faut bien se demander pourquoi ce livre est occulté depuis plus de 100 ans ?

Faut-il tourner le dos à la politique ? L’Espagne vient de traverser une crise politique sans précédent depuis la mort de Franco. De décembre 2015 à octobre 2016, la monarchie parlementaire espagnole n’a pu se doter d’une majorité parlementaire en dépit de deux élections générales. Articles de recherches et commentaires de sources convoquent différents acteurs, représentants, partis, agents économiques et médias et examinent non seulement leurs pratiques, de la résistance à la fraude électorale en passant par le caciquisme, mais aussi leurs relations à la nation, leurs territoires et leurs mémoires. Un nouveau regard est ainsi porté sur une Transition démocratique espagnole qui n’en finit pas.

L’âge d’or du caciquisme en Espagne. La droite à l’épreuve de la démocratie. Geoffroy Huard, Les Gays sous le franquisme. Comment, dans ce contexte, défendre la paix, comment la préparer puis la promouvoir pendant et au lendemain d’une guerre totale que l’on voudrait croire être la Der des Der ?

Un jeu complexe s’instaure entre les parlementaires et les sociétés civiles qu’ils sont censés représenter, en un moment crucial pour la conception et la mise en œuvre de la Paix. Ce dossier, constitué d’études de cas et de commentaires de sources sur la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne avant, pendant ou après la Première Guerre mondiale, évalue la façon dont les parlements traduisent ou non les aspirations pacifistes de leurs sociétés civiles. Réciproquement, il montre comment des opinions publiques pacifistes, y compris féministes, peuvent influencer leurs représentants et le débat démocratique. Des parlementaires au service de la paix.