Il y a deux sexes : Essais de féminologie, 1989-1995 PDF

Son père, Alexis Grugnardi, est militant syndicaliste, communiste et libertaire. Après des études de lettres à Aix-en-Provence, Antoinette Grugnardi se marie avec Il y a deux sexes : Essais de féminologie, 1989-1995 PDF Fouque.


«C’était déjà la féminisation de la pauvreté, l’insécurité sexuelle et la montée des intégrismes qui avaient motivé, la première édition de ce recueil. Le constat négatif que je faisais alors, loin d’être obsolète, est plus que jamais d’actualité. Les nouveaux textes de cette réédition attestent une régression, une contre-libération menaçantes. […]Libérer à sa source la libido creandi des femmes, c’est lancer un défi permanent à cette guerre et s’ouvrir à la géni(t)alité des deux sexes. Se souvenir que le premier environnement de chaque humain est un corps vivant, parlant ; se souvenir qu’on naît d’une femme (et aussi d’un homme) et en éprouver de la gratitude, c’est abolir un ordre symbolique, tyrannique, hégémonique ; c’est vaincre l’addiction spéculaire de Narcisse, s’évader des dogmes et des illusions des religions du Livre ; c’est stopper la spéculation du Tout-marchandise, du Tout-profit ; mais c’est aussi, sans doute, commencer à penser.La gestation, hospitalité psychique autant que charnelle, comme paradigme de l’éthique, de la responsabilité et du don ?Génitrices, généalogistes, archéologues, archives et archivistes de l’espèce humaine, des femmes ont commencé à vivre leur nouvelle « condition historique », à inscrire la genèse d’une modernité tardive.C’est l’hypothèse positive que réaffirme cette nouvelle édition.»Antoinette Fouque.

Elle rejoint Paris pour faire des études de lettres à la Sorbonne. Elle donne naissance à une fille, Vincente, en 1964. Cette articulation de l’inconscient et de l’histoire – psychanalyse et politique- a fait la spécificité d’une partie du mouvement français. Elle souhaite poser ainsi les bases d’une théorie de la génitalité au seuil de laquelle Sigmund Freud et Jacques Lacan se seraient arrêtés.

Pour elle on ne devient pas femme, on est femme. Antoinette Fouque se présente aux élections européennes de 1994 sur la liste Énergie radicale de Bernard Tapie. Annie Le Brun analyse les luttes de pouvoir au sein du mouvement féministe et la construction de mythologies militantes à tendance totalitaire. Elle s’oppose à la censure exigée par les féministes, notamment dans la publicité ou les livres scolaires. Simone de Beauvoir signe la préface de Chroniques d’une imposture, du Mouvement de libération des femmes à une marque commerciale.

1970, a fait surgir le MLF. Le Monde publie une réponse d’Antoinette Fouque qui maintient et précise sa version des faits :  C’est bien un jour d’octobre 1968 que le MLF est né. Le 1er octobre, Monique Wittig, Josiane Chanel et moi-même, nous avons proposé pour la première fois une réunion entre femmes. MLF, Le Mythe des origines  qui contredit la version d’Antoinette Fouque :  Le mouvement de libération des femmes n’a jamais été structuré comme un parti ou une organisation politique. Un entretien de 1979 avec Monique Wittig, publié dans cette même revue, porte également sur les débuts du mouvement :  J’étais la seule à penser à un mouvement de libération des femmes à ce moment-là, c’est pour ça que je devrais revendiquer le MLF.

Selon l’historienne Bibia Pavard,  tout le monde, historiens comme acteurs, s’accorde à faire commencer l’histoire du Mouvement de libération des femmes en 1968. Pour Jacqueline Feldman, militante historique du Mouvement,  le MLF est né en 1970 de plusieurs groupes indépendants. La pertinence de cette section est remise en cause. Elisabeth Salvaresi, ancienne militante du MLF, ainsi que les journalistes Anna Alter et Perrine Cherchève affirment que Sylvina Boissonnas a d’abord soutenu financièrement le journal Tout !

De son côté, Annette Lévy-Willard, journaliste à Libération, commente au sujet d’A. Fouque :  Moderne, elle comprend la force du transfert freudien et n’hésite à prendre en analyse les jeunes militantes qui la rejoignent. Parmi elles Sylvina Boissonnas, l’héritière d’une grosse fortune. Women : the pioneer front of democracy, éd.

Il y a deux sexes : essais de féminologie. Catherine Deneuve, Portraits choisis, Une actrice et 28 photographes pour la lutte contre le sida, sous la responsabilité d’A. Fouque et de Jean-Pierre Lavoignat de Studio Magazine, éd. Depuis 30 ans des femmes éditent, collectif, présentation d’A. Génération MLF 1968-2008, ouvrage collectif, éditions des femmes, 2008. I Novissimi: un essai de récupération du réel par le langage  et  poèmes d’E.