Immunologie générale PDF

Les leucocytes constituent les éléments cellulaires sanguins les moins nombreux, après les érythrocytes et les plaquettes. Ils sont caractérisés immunologie générale PDF une taille en général plus grande, et par la présence d’un noyau. Leur durée de vie dans le sang est de quelques jours en moyenne. Les leucocytes constituent un maillon important dans la protection contre les infections.


En effet, en agissant de manière séquentielle, ils permettent l’élimination de nombreux agents étrangers parmi les virus, les bactéries, les champignons et les parasites. L’immunité innée désigne la protection de l’organisme vis-à-vis du non-soi de manière non spécifique. Cela signifie que des molécules étrangères sont reconnues selon des formes communes, non présentes en temps normal dans l’organisme. C’est la première réponse de l’organisme à une infection, ou réponse inflammatoire.

L’ensemble des granulocytes, les monocytes et les lymphocytes NK peuvent y jouer un rôle. Les granulocytes neutrophiles sont des cellules phagocytaires qui jouent un rôle important dans la défense antimicrobienne et l’inflammation au cours des infections bactériennes. L’immunité adaptative désigne la protection de l’organisme vis-à-vis du non-soi de manière ciblée. Cela signifie que des molécules étrangères spécifiques d’un unique germe sont reconnues de manière précise. Cette réponse se met en place dans un deuxième temps, à la suite de l’activation de l’immunité innée qu’elle complète. Les cellules qui peuvent y participer sont l’ensemble des leucocytes, mais plus particulièrement les lymphocytes T et les lymphocytes B.

Les lymphocytes T auxiliaires peuvent activer les cellules de l’immunité innée ou les autres cellules de l’immunité adaptative. Les lymphocytes T cytotoxiques interviennent essentiellement dans les infections à germes intracellulaires, notamment les virus. Les leucocytes sont fabriqués dans la moelle osseuse à partir des cellules souches hématopoïètiques dont il existe deux lignées, myéloïde et lymphoïde. Les cellules matures des deux lignées circulent ensuite dans le sang et se rendent secondairement dans les tissus de l’organisme. Les leucocytes passent la majeure partie de leur temps hors du système circulatoire, et patrouillent dans les tissus où se déroulent la plupart des luttes contre les agents pathogènes. Toutes les cellules sont éliminées au niveau de la rate où elles sont détruites. Le pus est constitué des débris cellulaire des granulocytes neutrophiles après leur mort au niveau de leur site d’action.

L’exploration médicale de l’ensemble de la lignée blanche est effectuée principalement avec deux examens complémentaires : l’hémogramme et le myélogramme. Le nombre de leucocytes circulant augmente en cas d’infection ou de réaction inflammatoire : on parle alors d’hyperleucocytose. En cas de leucémie, les globules blancs sont produits de manière excessive et peuvent, au maximum, provoquer un syndrome de leucostase. Un déficit en nombre de globules blancs dans le sang est appelé leucopénie. Le myélogramme permet d’étudier la production des leucocytes. Cet examen est indiqué dans certains cas de cytopénies. Les granulocytes basophiles jouent un rôle majeur dans l’allergie en libérant de l’histamine.