Introduction à la psychologie de Jung PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? La psychophysique est une branche de la psychologie expérimentale qui cherche à déterminer les relations quantitatives qui existent entre un stimulus physique et la introduction à la psychologie de Jung PDF qu’on en a.


« Frieda Fordham a entrepris la tâche, difficile sous tous les rapports, de présenter un résumé clair de mes diverses tentatives pour comprendre mieux, et d’une façon plus large, la psyché humaine. Comme je ne peux prétendre avoir atteint quelque théorie précise expliquant l’ensemble, ou même la plus grande part des complexités psychiques, mon oeuvre consiste en une série d’approches différentes ou, pourrait-on dire, en une circonvolution autour de facteurs inconnus.
Exposer de façon claire et simple mes idées est, par conséquent, pour le moins ardu. […] Malgré cet état de choses quelque peu problématique, Frieda Fordham a réussi à se sortir de toutes les occasions de faire des interprétations inexactes. Elle a présenté d’une façon simple et satisfaisante les principaux aspects de mon oeuvre psychologique. » C. G. Jung.

On considère que Gustav Fechner, auteur du Elemente der Psychophysik en 1860, est le fondateur de la psychophysique. La démarche expérimentale en psychophysique consiste en général à isoler une grandeur physique afin de déterminer comment elle est reliée à une sensation. Le seuil de détection est la valeur minimale du stimulus à partir de laquelle un individu est capable de dire qu’une stimulation est présente. Le seuil différentiel est la différence de valeur du stimulus à partir duquel il parvient à distinguer deux stimulations. Le seuil de détection et le seuil différentiel permettent d’échafauder une métrique: cette métrique est indispensable aux psychologues pour comparer l’influence des conditions expérimentales sur les sensations.

Les méthodes utilisées pour déterminer ce seuil de détection sont multiples. Les progrès de la méthodologie expérimentale en psychophysique ont, dans une large mesure, consisté à éliminer les biais dans le mode de présentation des stimulations qui pourraient fausser l’évaluation du seuil de détection. Ce dernier doit dire à chaque fois si oui ou non un stimulus était présent. Ces mêmes mesures appliquées à la détermination expérimentale du seuil différentiel ont conduit Weber puis Fechner à proposer la loi de Weber-Fechner, selon laquelle le seuil différentiel pour un même type de stimulation le seuil différentiel est proportionnel à la grandeur physique. Autrement dit, le seuil est une fraction, par exemple un dixième, de la grandeur physique. Stanley Stevens a intégré l’estimation de la grandeur perçue par les sujets.

Il n’a pas mesuré les seuils de discrimination, mais les évaluations, comme celle qu’on peut faire, par exemple, en plaçant un son variable de façon à percevoir sa hauteur comme moyenne entre deux sons de référence. La dispersion des résultats est, avec cette procédure aussi, très importante. Par ailleurs, Stevens introduisit une distinction fondamentale entre les paramètres physiques qui reflètent un continuum sensoriel, dits prothétiques et ceux pour lesquels une variation quantitative du paramètre physique se traduit par un changement perceptif qualitativement différent, sensation métathétique. Au cours des années 1960, la théorie de la détection du signal a été appliquée de manière très féconde aux mesures psychophysiques de la sensibilité. Manuel pratique de psychophysique, Armand Collin. Serge Nicolas, Psychologie et Histoire, 2001, vol. Rechercher les pages comportant ce texte.