L’élevage du cheval PDF

L’élevage est l’ensemble des opérations qui assurent la multiplication d’animaux, souvent domestiques, à l’usage des l’élevage du cheval PDF. L’élevage des crevettes, ou crevetticulture, est une branche de l’aquaculture qui consiste en l’élevage de crevettes marines pour la consommation humaine.


Ou acheter un cheval ? comment le choisir ? comment le nourrir ? quels aménagements prévoir ? Autant de questions que se pose toute personne souhaitant acquérir un cheval ou créer un élevage de quelques chevaux. Cet ouvrage est destiné à un large public. Il est conçu pour étudier de façon autonome et aborde en sept séquences les points clés de l’élevage du cheval : alimentation, reproduction, pathologie, vente… Chaque séquence est découpée en étapes et propose différentes activités d’apprentissage, puis se termine par un test d’autoévaluation. Enfin, différents éléments de cet ouvrage seront des outils de référence précieux pour le lecteur, une fois celui-ci en situation réelle. Cet ouvrage peut être utilisé seul, mais l’acquisition et l’intégration des connaissances qu’il contient seront facilitées s’il est associé à l’ouvrage Des situations-problèmes en élevage de chevaux, de Véronique Arné, publié chez le même éditeur.

La production commerciale de crevettes d’élevage a commencé dans les années 1970 et a connu une croissance très rapide, stimulée par la demande aux États-Unis, au Japon et en Europe occidentale. L’élevage des crevettes est passé d’une activité traditionnelle à petite échelle, en Asie du Sud-Est, à une industrie mondiale. Les progrès technologiques ont permis d’élever des crevettes avec des densités toujours plus élevées, et les géniteurs sont expédiés dans le monde entier. Quelques articles proches d’une proposition au label ou qui peuvent être traduits. Cavaliers agricoles : buttero, cow-boy, csikos, gardian, gaúcho, huaso.

Vous trouverez des conseils généraux pour la rédaction d’articles liés à ce portail. En plaçant la boîte utilisateur projet Élevage dans votre page Utilisateur. Enfin, en illustrant les articles avec des images autorisées disponible sur Wikimedia Commons. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 3 mars 2019 à 16:32.

Le lombricompostage peut se faire à partir de tout type de fumier. Il faut cependant que la structure du fumier permette à l’air de circuler et que l’humidité soit suffisante. Le compostage est un procédé de dégradation et de transformation de la matière organique par une succession de communautés microbiennes en milieu aéré. Il s’accompagne d’une montée en température et aboutit à l’élaboration d’une matière organique humifiée et stabilisée : le compost. Le lombricompostage utilise les vers composteurs pour assurer l’aération du tas et la transformation du fumier en amendement organique.

Le lombricompostage est la transformation du fumier de cheval en amendement organique par l’action des vers composteurs. Pendant les périodes de froid les vers peuvent survivre à condition qu’il y ait toujours du fumier frais qui leur apporte de la chaleur. Ils vivent, en moyenne, deux à trois ans et sont très prolifiques : 1 individu peut avoir jusqu’à 250 descendants par an. Cependant il régule leur multiplication en fonction de la nourriture disponible. Lors du lombricompostage, le fumier subit une forte diminution de volume.

Les éléments présents initialement se retrouvent donc concentrés dans le compost. Toutefois, le lombricompostage permet de limiter les pertes puisque le tas n’a pas besoin d’être manipulé. La technique par migration verticale consiste à disposer les vers au sol et à mettre le fumier en andain au dessus. Les vers se multiplient et se déplacent alors de façon à coloniser tout le tas.

Ils remontent par couches successives en fonction de la nourriture disponible. On les retrouve, à la fin du processus, à la surface du tas entièrement composté. Il n’y a plus qu’à les récupérer et à recommencer l’opération. La technique par migration horizontale consiste à disposer les vers sur une petite surface et à faire un premier tas de fumier au dessus. Les tas suivants sont disposés côte à côte. Les vers progressent alors horizontalement de tas en tas. Lorsque l’on arrive au bout d’une longueur, il n’y a plus qu’à repartir dans l’autre sens.