L’ Affaire du carmel d’Auschwitz (1985-1993): Implication des Églises belge et française dans la résolution du conflit PDF

Congrès juif mondial a pour but premier d’être le  bras diplomatique du peuple juif . Toutes les communautés et tous les groupes représentatifs juifs peuvent être membres du L’ Affaire du carmel d’Auschwitz (1985-1993): Implication des Églises belge et française dans la résolution du conflit PDF, indépendamment de l’idéologie sociale, politique ou économique de leur pays hôte. Le siège du Congrès juif mondial est établi à New York.


L’affaire du carmel d’Auschwitz – controverse autour de l’installation de religieuses polonaises dans un couvent à proximité du camp d’Auschwitz – se déroula de 1985 à 1993. Cette présence catholique, dénoncée par les juifs, fut vécue par ces derniers comme une ingérence de l’Église dans le lieu de leur martyre et fut à l’origine d’une opposition qui ternit les relations entre le monde catholique et le monde juif pendant près d’une décennie. Au coeur du conflit, on retrouve différents aspects qui en firent un enjeu central non seulement pour les relations entre juifs et catholiques mais aussi pour les relations intra-polonaises (entre Église et État ; entre Polonais et juifs ; entre la gauche et la droite) ainsi que pour l’histoire du camp d’Auschwitz.

Au départ de sources originales et d’entretiens, ce livre se penche sur cette « affaire » pour mettre en lumière les soubassements des négociations ecclésiales (entre les Églises française, belge, polonaise et romaine) tout en développant une réflexion critique autour des enjeux dévoilés lors de la controverse : symbolique du site d’Auschwitz, questions mémorielles, histoire de la Pologne, dialogue entre catholiques et juifs, dysfonctionnement de l’institution ecclésiale.

Le CJM se compose de cinq branches régionales : le CJM Amérique du Nord, le Congrès juif latino-américain, le Congrès juif Européen, le Congrès juif Euro-Asiatique et le CJM d’Israël. Entre les assemblées plénières, le Conseil d’administration du CJM se réunit généralement une fois par an. La dernière réunion de l’Assemblée plénière s’est tenue à Jérusalem en janvier 2009. Plus de 400 délégués de 62 pays y ont participé. Sous les auspices du Congrès juif mondial en Israël, le Conseil israélien des Affaires étrangères a, depuis sa création en 1989, accueilli des chefs d’État, des premiers ministres, des ministres des Affaires étrangères et autres visiteurs distingués d’Israël.

Les priorités politiques actuelles du CJM consistent à aider Israël, à combattre l’antisémitisme et la  menace iranienne , ainsi qu’à gérer l’héritage de la Shoah. Ce dernier point porte notamment sur la restitution des propriétés, les réparations et les compensations aux survivants de la Shoah, ainsi que sur la mémoire de la Shoah. L’un des principaux programmes du CJM concerne la situation critique des réfugiés juifs des pays arabes. L’homme d’affaires argentin Eduardo Elsztain a été élu président du Conseil d’administration du CJM. Cobi Benatoff, d’origine italienne, a été élu au poste de trésorier du CJM en remplacement d’Elsztain.

Le Comité exécutif du CJM compte également parmi ses membres Menachem Z. Un Comité directeur plus restreint gère les activités quotidiennes du Congrès juif mondial. Le Congrès juif mondial a été créé en août 1936 à Genève, en Suisse, en réaction à la montée du nazisme et à la vague d’antisémitisme déferlant sur l’Europe. Depuis sa création, il est devenu un organe permanent qui a des bureaux dans le monde entier. Les organismes précurseurs du CJM sont le Congrès juif américain et le Comité des Délégations juives. Ce dernier a été créé en mars 1919 afin de représenter les communautés juives à la Conférence de Paix de Paris. C’est cependant le Congrès juif américain qui a donné la première impulsion à la création du CJM.

En 1923, Motzkin s’est rendu aux États-Unis et s’est adressé au Comité directeur du CJA,  plaidant pour une Conférence mondiale des Juifs afin de discuter de la situation des Juifs dans différents pays et imaginer des moyens de protéger efficacement leurs droits. Les conférences organisées conjointement par Motzkin et les dirigeants du CJA Julian Mack et Stephen Wise ont eu lieu en 1926 à Londres et en 1927 à Zurich, en Suisse. La première Conférence juive mondiale a eu lieu à Genève en août 1932. Le sioniste Nahum Goldmann dirigeait une commission préparatoire. 16 millions de Juifs, aux nations et gouvernements du monde, ainsi qu’aux Juifs eux-mêmes. Dans un manifeste, des délégués ont appelé le peuple juif à s’unir, selon eux le seul moyen efficace de prévenir le danger.