L’Horreur économique (Documents) PDF

Please forward this error screen to web-wb-11. Le projet de loi sur la conservation et la communication des archives a été adopté définitivement l’Horreur économique (Documents) PDF l’Assemblée nationale le 1er juillet 2008.


Nous vivons au sein d’un leurre magistral, d’un monde disparu que des politiques artificielles prétendent perpétuer. Nos concepts du travail et par là du chômage, autour desquels la politique se joue (ou prétend se jouer) n’ont plus de substance: des millions de vies sont ravagés, des destins sont anéantis par cet anachronisme. L’imposture générale continue d’imposer les systèmes d’une société périmée afin que passe inaperçue une nouvelle forme de civilisation qui déjà pointe, où seul un très faible pourcentage de la population terrestre trouvera des fonctions. L’extinction du travail passe pour une simple éclipse alors que, pour la première fois dans l’Histoire, l’ensemble des êtres humains est de moins en moins nécessaire au petit nombre qui façonne l’économie et détient le pouvoir. Nous découvrons qu’au-delà de l’exploitation des hommes, il y avait pire, et que, devant le fait de n’être plus même exploitable, la foule des hommes tenus pour superflus peut trembler, et chaque homme dans cette foule. De l’exploitation à l’exclusion, de l’exclusion à l’élimination…?

Sur un ton totalement neuf, Viviane Forrester, dans une analyse très documentée, dénonce les discours habituels, qui masquent les signaux d’un monde réduit à n’être plus qu’économique, et dont nous devenons, ils nous en avertissent, la dépense superflue.

A quand une nouvelle loi sur les archives ? Des archives au service de l’identité nationale ? AUSPAN paru sous la forme d’une tribune libre dans L’Humanité. Vincent Duclert, Le Monde, ici pour les abonnés. Archives : Vichy et la guerre d’Algérie bientôt inaccessibles ? La querelle des archives », François Thomas, nonfiction. Les historiens se battent pour l’accès aux archives », Denis Peiron, La Croix.

Arte Info, avec Marie Chominot, Benjamin Stora et Martine de Boisdeffre. Des archives archicontrôlées », David Fontaine, Le Canard Enchaîné. Les députés réforment l’accès aux archives », Ouest France. Archives : pas de Marianne sans Clio ! Adoption de deux textes relatifs aux archives », JDD.

Archives : projet voté par le Parlement », d’après AFP, Figaro. L’accès aux archives menacé par la loi », B. Le 15 mai au soir, le Sénat a adopté en deuxième lecture le texte de loi sur les archives, reprenant à l’identique l’essentiel du texte voté par l’Assemblée le 29 avril dernier. Le compromis entre le projet du gouvernement initial et les modifications introduites par le Sénat en première lecture a été entériné. La loi nouvelle affirme le principe du droit d’accès immédiat aux archives publiques de tous les citoyens, et réduit dans l’ensemble les délais de communicabilités pour les archives réservées. Nous pourrions donc nous féliciter de cette adoption. Adresse » dénonçant les points les plus inacceptables de la future loi.

La notion d’archives incommunicables, présente dès le projet de loi, concernait notamment la « sûreté des personnes ». Les discussions parlementaires nous ont appris qu’il s’agissait essentiellement de celle des agents secrets et indicateurs de police. Le champ des archives incommunicables se trouve ainsi réduit aux armes de destruction massives. La notion et le principe n’en demeurent pas moins inacceptables dans la mesure où l’accès aux archives publiques s’avère un droit des citoyens inaliénable, même si des considérations d’intérêts supérieurs peuvent le limiter dans le temps. Le texte permettra, par exemple, d’interdire l’accès aux documents relatifs aux essais nucléaires français dans le Sahara dans les années soixante.