La clinique de La Borde ou les relations qui soignent PDF

Le château de Chinon, dominant la Vienne. Placée sur le cours de la Vienne, dans une position stratégique aux confins de la Touraine, de l’Anjou et du Poitou, dotée d’un éperon rocheux fortifié dès l’Antiquité, la ville, avec son imposante forteresse, a longtemps joué un rôle défensif clé. Enrichie par la culture de la vigne et le commerce du vin, la ville a trouvé, avec l’installation de la centrale nucléaire d’Avoine, un pendant industriel à sa traditionnelle activité agricole. Située à proximité des châteaux de la Loire, sur le détour de Vienne du la clinique de La Borde ou les relations qui soignent PDF touristique Loire à Vélo, Chinon attire également de nombreux touristes.


Cet ouvrage s’intéresse à la vie quotidienne de la Clinique de la Borde comme à ce qui la structure depuis le départ : la mise en place d’un collectif soignant. En quoi le fonctionnement collectif est-il particulièrement pertinent pour traiter les psychoses en institution ? Ce texte est traversé par une double exigence : penser la pratique, apprendre à penser à partir de la pratique. L’auteur propose des outils permettant de comprendre ce qu’est le collectif pour pouvoir l’inventer ailleurs. Ces outils sont philosophiques et issus des sciences sociales ; ils se mêlent ici à la présentation de ce qui fut l’expérience de La Borde.

Chinon : vue de la forteresse royale et de la vieille ville depuis la rive gauche de la Vienne. Chinon se trouvent les puys du Chinonais, une réserve naturelle de 55 ha inscrite au réseau Natura 2000 et gérée par le Conservatoire des espaces naturels Centre-Val de Loire. Des précipitations importantes sont enregistrées toute l’année, y compris dans les mois les plus secs. Vers l’est, Chinon est reliée à Tours par la départementale 751, qui contourne en partie la ville par le nord. Tours et Chinon, qui en est le terminus. Le conseil général en partenariat avec le Syndicat des Transports Vienne et Loire propose également un réseau de transports urbains. Ligne C : La ligne du Veron.

Jusqu’aux années 1970, les parties basses de la ville étaient périodiquement inondées. Des remontées de nappe phréatique associées à des remontées d’eaux par le réseau d’assainissement peuvent également intervenir. 136 cavités souterraines ont été recensées à Chinon, allant de quelques mètres à plusieurs milliers de mètres de longueur. Il s’agit des anciennes carrières de tuffeau utilisées pour la construction du château et de la ville, réparties en plusieurs ensembles plus ou moins connectés. Caves Peintes, avançant jusque sous le fort saint-Georges, les caves Vaslin et les caves du vieux collège. Ces glissements ont fait 8 morts sur une période de 200 ans. La Collarderie, Parilly, Le Vauserain et le Plessis-Gerbault.