La didactique de la grammaire dans l’enseignement du français et des langues (Langues et didactique) PDF

La paraphrase s’attache à rendre le sens par des équivalents pour mieux le faire comprendre et est très la didactique de la grammaire dans l’enseignement du français et des langues (Langues et didactique) PDF en littérature. Les philologues la distinguent de la glose qui explique le mot et du commentaire qui réunit autour d’une difficulté les faits et renseignements de toute origine propres à l’éclaircir. Plusieurs odes de Rousseau et de Lefranc de Pompignan sont des Paraphrases.


Le présent ouvrage analyse et propose de nouvelles pistes pour enseigner la grammaire, composante au coeur des préoccupations des pédagogues depuis la parution du CECR.

La question de la grammaire dans l’enseignement des langues n’occupe plus le devant de la scène, mais elle est toujours d’actualité pour qui enseigne. La diffusion du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) et des descriptions par langue (allemand, anglais, espagnol, français, italien) de ses niveaux, la lente élaboration de l’éducation plurilingue
et l’affirmation des recherches en acquisition des langues étrangères l’ont remise à l’ordre du jour.

On montre comment sont à l’oeuvre des connaissances savantes (sciences du langage),certaines de leurs formes didactisées (par exemple pour le français, la « grammaire ordinaire »). les savoirs d’expertise des enseignants et les représentations sociales des langues (chap. 1). Cette configuration des savoirs impliqués en didactique permet de rendre compte des problèmes que posent les activités grammaticales (chap. 3 à 6), la sélection des éléments à enseigner (chap. 6 et 7), le discours grammatical (chap. 8) etles progressions (chap 9).
Cet ouvrage vise à suggérer des directions de recherche dans la perpective de la contextualisation de la didactique des langues.

La traduction de l’Imitation de Jésus-Christ par Corneille n’en est que la paraphrase. On cite comme un précieux monument de littérature anglophone la paraphrase poétique de la Genèse, de Cædmon. Certaines œuvres entières sont dites des paraphrases, et alors les synonymes sont: la reprise, la parodie et le pastiche en fonction du ton adopté. Au cours de l’Histoire, la paraphrase est venue au contraire à définir un développement volontairement obscur d’idées originelles. La paraphrase est une figure d’amplification qui concerne la phrase dans son extension : elle vise l’exhaustivité des qualités d’une idée ou d’un argument.

Peu à peu, le terme définit en littérature la copie quasi intégrale d’œuvres antérieures. Elle met en jeu un nombre important de moyens linguistiques comme la ponctuation, des groupes propositionnels, des adjectifs, des appositions, etc. Enfin, il faut distinguer le mécanisme figural de la paraphrase étudié ici et la paraphrase dans sa définition en grammaire transformationnelle qui est une relation entre deux phrases fondée sur une nature de reformulation. Lettres et du Français au collège et lycée lorsque le professeur reproche à l’élève d’avoir paraphrasé au lieu d’expliquer le texte donné. La frontière est floue entre la paraphrase comme figure esthétique et la paraphrase comme dégradation de l’identité d’une œuvre antérieure, qui s’apparente alors au plagiat ou au détournement. La paraphrase est une figure employée dans tous les genres littéraires et tous les types de textes.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. La poésie moderne fonde en grande partie sa vision esthétique sur la reprise de thèmes antérieurs, développés à la lumière des libertés contemporaines. Le surréalisme notamment fait de la parodie et de la paraphrase des figures fondamentales de déconstruction du langage. En musique le mot paraphrase désigne le développement dans de larges proportions d’un thème musical mineur mais élaboré antérieurement par un compositeur. Les paraphrases d’Érasme sur les Épîtres et les Évangiles sont parmi les plus connues. Pourtant la paraphrase est une figure d’amplification puissante et créatrice, on parle même pour certains orateurs ou écrivains d’un style paraphrastique dans lequel, notamment, Charles Péguy excelle.

La paraphrase ne se comprend donc qu’en situation de communication réelle faisant intervenir un contexte commun et identifié. Fuchs identifie la paraphrase comme un acte énonciatif tenant de la pratique langagière. Michel Jeanneret, Poésie et tradition biblique au XVIe siècle, recherches stylistiques sur les paraphrases des psaumes de Marot à Malherbe, José Corti, 1969. Catherine Fuchs, La Paraphrase, PUF, Linguistique nouvelle, 1982. Bertrand Daunay, Éloge de la paraphrase, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, coll. I, Paris, Les Belles Lettres, coll. Des tropes ou Des différents sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue, Impr.