La gloire des rois ou l’histoire de Salomon et de la reine de Saba PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? La colonisation est une expression utilisée dans différents contextes, mais toujours dans le la gloire des rois ou l’histoire de Salomon et de la reine de Saba PDF du peuplement et de l’occupation d’un espace. Un autre sens est l’action de mise en tutelle d’un territoire moins développé et peu peuplé par les ressortissants d’une métropole.


La Gloire des rois (ou l’histoire de Salomon et de la reine de Saba) a été rédigée en Éthiopie au treizième siècle. Elle met en forme des légendes anciennes en relation avec celle d’Alexandre. Elle fut le texte fondateur de la société chrétienne en Éthiopie, pas seulement celui de la dynastie, jusqu’à la révolution de 1974. Elle a pour cadre le concile de Nicée (325). Grégoire l’Illuminateur, apôtre de l’Arménie, prend d’abord la parole au sujet de la gloire qui est celle des rois. Puis Dematyos de Rome (Byzance) raconte qu’il a trouvé à Sainte-Sophie (de Constantinople) un texte sur les destinées de Rome (Byzance) et de l’Éthiopie, qui se partagent le monde. Celui-ci dit comment la reine de Saba (pays identifié à l’Éthiopie) attirée par le renom de Salomon, lui a rendu visite. Un fils naît de leur rencontre, Ménélik appelé aussi David. Élevé par sa mère en Éthiopie, il rend visite à Salomon, une fois devenu adulte. Ménélik revient chez lui avec les premiers-nés des grands de la cour de Salomon, pour créer une Éthiopie à l’image du royaume de celui-ci. Il ignore, au début, que les siens ont emporté l’Arche d’Alliance. Désormais l’Éthiopie est le Verus Israël jusqu’à la fin des temps. Elle a les promesses de Dieu.

Le but pouvant être de l’occuper et d’en exploiter les richesses. Les arguments avancés par les colonisateurs pour motiver la colonisation sont souvent le  développement de la civilisation  ou la  mission civilisatrice . Ceci conduit à la création d’infrastructures, qui restent en place après la fin de la colonisation, l’exploitation d’un espace géographique, la mise sous tutelle et suivant le cas la domination économique, politique, culturelle, voire religieuse. L’époque romaine a conduit à l’établissement de colonies en Europe, dont certaines sont devenues de grandes villes comme Cologne ou Marseille. Par la suite de nombreux territoires ont été colonisés sur de nombreux continents jusqu’à ce que des processus d’indépendance, de décolonisation ou d’assimilation y mette fin.

Sa vision aura pourtant gain de cause. 1914-18 dans une colonie africaine française. Est qualifiable d’impérialisme le fait qu’une volonté politique exerce ou projette d’exercer — au nom de ses intérêts propres — une domination politique sur un territoire étranger et d’en assujettir ses habitants . De plus, ces motifs peuvent se combiner. Les Phéniciens fondent Carthage et d’autres comptoirs sur les côtes méditerranéennes. Ces derniers conservaient toutefois leur statut de  Romains . L’Empire romain étendit progressivement la citoyenneté romaine à certaines de ses provinces, jusqu’à ce que l’édit de Caracalla ait attribué, en 212, cette citoyenneté à tous les hommes et femmes libres de l’Empire.

Vers le Sud et l’Est, la colonisation des Vikings venus de Scandinavie se développe à des échelles et niveaux variables partout en Europe : en Angleterre, en Normandie, et jusqu’en Sicile, puis en Terre sainte, pendant les Croisade. Article détaillé : Colonisation de la Normandie. Enfin l’un de leurs chefs, Rollon, obtient la cession en duché d’un territoire en bordure de la Manche incluant l’embouchure de la Seine, en s’engageant d’une part à reconnaître le roi de France pour suzerain, et d’autre part à bloquer, de là, d’éventuelles incursions d’autres Vikings vers le cœur de la Gaule. L’Islande est l’un des rares cas de colonisation qui, dans la période historique, s’est effectuée sur une terre sans peuplement initial, comme en témoignent les nombreuses sagas islandaises, véritable récit de la conquête et du partage de cette nouvelle terre islandaise.

L’Islande, jadis couverte à son quart de forêts, mais déboisées presque entièrement pour des besoins divers est un exemple frappant de l’exploitation forestière des colons scandinaves. Elles peuvent aujourd’hui être réinterprétées en termes de colonisation. Cependant, la Terre sainte des juifs et des Chrétiens avait d’abord été envahie par les musulmans. De plus, la croisade avait été prêchée en Occident à la suite de la prise de Nicée par les Turcs.

En 1402, la colonisation des Canaries pour le compte des Castillans commence avec Jean de Béthencourt. Ensuite, les Castillans et les Portugais se disputent les Canaries qui seront finalement attribuées à l’Espagne en 1479. Le Drang nach Osten était un mouvement colonial germanique qui se traduit par un mouvement de colons allemands chrétiens vers des terres slaves et souvent païennes. Après la conquête du royaume de Dian par les mongols, les dynasties chinoises de culture Han se lancent à leur tour la conquête de cette région constituées essentiellement de populations Bai et Yi. Empereur Yongle, le troisième de la dynastie Ming désire étendre les limites de l’empire.

L’amiral eunuque Zheng He est chargé de conduire une flotte de 70 vaisseaux et d’environ 30 000 hommes vers les mers du sud, afin d’entreprendre de nouvelles relations commerciales avec des royaumes lointains. Cette forme de néocolonialisme se manifeste aussi plus récemment par le processus de « Land grabbing » par des sociétés privées étrangères. Depuis l’époque de Christophe Colomb, dans la bouche et l’esprit des colonisateurs européens, la colonisation s’est prévalue d’une volonté d’extension humaniste, d’abord du christianisme, puis d’une volonté civilisatrice. Des idéologies ou corpus de croyances divers ont participé à l’émergence du colonialisme ou ont été utilisés pour le justifier. Les religions monothéistes : christianisme, islam, judaïsme, par leurs aspects prosélytes, ont voulu faire connaître le vrai Dieu à ceux qui ne pratiquaient pas le bon culte.