La motivation : Désir de savoir décision d’apprendre PDF

Cette approche suppose l’existence du Moi et insiste sur l’importance de la conscience et de « la conscience de soi ». La première observation que l’on peut faire devant une pyramide c’est que, pour qu’elle tienne droite, elle doit avoir une base solide, car une erreur de construction du soubassement entraînera un affaissement la motivation : Désir de savoir décision d’apprendre PDF l’ensemble.


Qui, mieux que l’enseignant, peut éveiller le désir d’apprendre ? Et pourtant suffit-il de dispenser des connaissances pour répondre aux attentes réelles des élèves ? Comment en effet prendre en compte les motivations particulières de chaque enfant pour entrer dans le jeu de l’école ? Et comment l’enseignant peut-il améliorer sa relation aux élèves apparemment démotivés ? Du désir de savoir à la décision d’apprendre, le pas ne sera franchi que si le sentiment d’insécurité personnelle ne crée pas un recul panique devant les exercices proposés et les dispositions qu’ils requièrent. Secondée par les réflexions du psychanalyste Jacques Lévine, Cécile Delannoy met en rapport les structures du désir de l’enfant avec la question du sens des apprentissages et montre comment le rapport au savoir s’établit en fonction d’une relation à soi et aux autres. Cet ouvrage traite des aspects les plus concrets de cette dynamique essentielle.

De même à chaque étage une anomalie de construction aura pour conséquence un effondrement des étages situés au-dessus et ainsi de suite jusqu’au sommet. Mais, également, une faille étendue et profonde peut, à n’importe quel étage de la pyramide, avoir un effet destructeur de l’ensemble. Cette digression architecturale, permet une première approche de l’interdépendance des besoins. Un « chômeur », n’ayant pas de sécurité ne pourra pas construire l’étage supérieur.

Si ces besoins de base sont satisfaits, il y a apparition, selon ce que l’on appelle le principe d’émergence, d’autres besoins dits besoins secondaires de développement, qui sont plus de l’ordre de la réalisation de soi, comme être libre, que du comblement de manques. Le quatrième étage, c’est le besoin d’estime de soi-même : sentiment d’être utile et d’avoir de la valeur, point de départ de l’acceptation de soi et du développement de l’indépendance. Nietsche, « devenir ce que nous sommes « . Boucle récursive : boucle qui peut être répétée de façon indéfinie. L’ajout d’une « boucle récursive », caractéristique d’une « hiérarchie enchevêtrée », permet de montrer la complexité : elle affole la hiérarchie sans pour autant jamais l’annihiler. Par exemple, une personne qui manque de nourriture, de sécurité et d’amour cherche habituellement à satisfaire son besoin de nourriture avant de satisfaire son besoin d’amour. Les besoins physiologiques sont les besoins dont la satisfaction est importante ou nécessaire pour la survie.

Les êtres humains ont huit besoins physiologiques fondamentaux : les besoins d’oxygène, de liquides, de nourriture, de maintien de la température corporelle, d’élimination, de logement, de repos et de rapports sexuels. Un enfant de deux ans qui veut de l’eau sait habituellement où se trouve l’eau et comment en avoir. Bien que ses efforts puissent être mal dirigés, s’il est très motivé et n’a personne pour l’aider, il réussira à obtenir son verre d’eau. Habituellement un adulte en santé est en mesure de satisfaire ses besoins physiologiques sans aide. Les très jeunes enfants, les personnes âgées, les pauvres, les malades et les handicapés dépendent souvent des autres pour satisfaire leurs besoins physiologiques fondamentaux. L’infirmière a souvent pour fonction d’aider le client à satisfaire ses besoins physiologiques. Les besoins de protection et de sécurité physique et psychologique viennent immédiatement après les besoins physiologiques dans l’ordre de priorité des besoins.

Le maintien de la sécurité physique implique la réduction ou l’élimination des dangers qui menacent le corps ou la vie de la personne. Le danger peut être une maladie, un accident un risque ou l’exposition à un environnement dangereux. Un client malade peut ne pas être en mesure de se protéger d’un danger comme l’infection. Sa protection face à un tel danger dépend alors des professionnels de la santé.

Parfois, la satisfaction des besoins de sécurité physique est plus importante que la satisfaction des besoins physiologiques. Par exemple, une infirmière qui s’occupe d’un client désorienté devra peut-être veiller à le protéger pour qu’il ne tombe pas de son lit avant de lui dispenser des soins visant à satisfaire ses besoins nutritionnels. Toute personne sent sa sécurité psychologique menacée lorsqu’elle fait face à des expériences nouvelles et inconnues. Généralement, ces personnes ne disent pas ouvertement qu’elles sentent leur sécurité psychologique menacée, mais leur conversation peut indirectement révéler leurs sentiments. Après les besoins physiologiques et les besoins de sécurité viennent les besoins d’amour et d’appartenance. Généralement, une personne ressent le besoin d’être aimée par les membres de sa famille et d’être acceptée par ses pairs et par les membres de sa communauté.

Une personne qui est généralement en mesure de satisfaire ses besoins d’amour et d’appartenance est souvent incapable d’y arriver lorsqu’une maladie ou un traumatisme viennent interrompre ses activités. De plus, lorsqu’un client est hospitalisé, il lui est encore plus difficile de satisfaire ces besoins. Le client est obligé de s’adapter à certains aspects du système de santé, comme l’organisation, les horaires, les contraintes du milieu, les heures de visite. Le besoin d’estime de soi est rattaché au désir de force, de réussite, de mérite, de maîtrise et de compétence, de confiance en soi face aux autres, d’indépendance et de liberté. Une personne a aussi besoin d’être reconnue et appréciée des autres. Les besoins d’actualisation de soi se trouvent au sommet de la hiérarchie des besoins humains de Maslow.