La propagation des ondes radioélectriques PDF

Cet article traite des différentes techniques permettant de restituer le signal électrique reçu en sortie de l’antenne, pour l’appliquer aux circuits de traitement. Dans un canal de télécommunication radioélectrique, les frontières entre  antenne ,  réception ,  démodulation ,  traitement du signal  sont définies par des habitudes aussi bien que par des techniques différentes. Ce signal en « bande de base » étant à un niveau suffisant et permettant la démodulation la propagation des ondes radioélectriques PDF de ses diverses composantes, puis leur traitement et décodages éventuels.


Le développement des systèmes et services de télécommunications passe par une bonne connaissance de la propagation des ondes assurant la transmission de l’information. Elle est mise en œuvre à travers une modélisation des différents mécanismes qui permet de concevoir les systèmes de communication et de les déployer sur le terrain.
Dans le premier cas les modèles de propagation sont implantés dans des logiciels de simulation afin de mettre en évidence et de reproduire les caractéristiques pertinentes du canal pour évaluer les systèmes en terme de qualité et de taux d’erreurs. La réponse impulsionnelle, avec son évolution dans le temps et dans l’espace, constitue la base de tels modèles. Dans le second cas, les modèles sont implantés dans des outils d’ingénierie afin d’étudier la couverture (choix des sites d’émission, allocation des fréquences, définition des puissances, des gains des antennes, de la polarisation) et de définir les brouillages entre émetteurs distants. fauteur aborde le thème de la propagation des ondes radioélectriques à travers 7 chapitres (introduction, l’atmosphère terrestre, les ondes électromagnétiques et la caractérisation du canal de propagation, les liaisons fixes, ionosphériques, Terre-satellite et mobiles) et 15 annexes (l’activité solaire, les propriétés microphysiques des hydrométéores, le spectre de fréquences, la transpolarisation, les relations de Fresnel, les perturbations ionosphériques, le sondage ionosphérique, le champ magnétique, l’affaiblissement par la pluie et la végétation, les modèles de diffraction, les mesures radio-mobiles, les angles d’arrivée, les bases de données géographiques, les méthodes de calcul du champ électromagnétique).
À la portée des étudiants, techniciens et ingénieurs intéressés, l’ouvrage apporte le support théorique indispensable à la conception et au déploiement des systèmes radioélectriques dans les bandes de fréquences allant du décamétrique au millimétrique.

La réception se place ainsi après la Propagation des ondes radio, et les antennes, et avant les démodulations secondaires, multiplexages, décodages, etc. Dans un système simple, comme la radiodiffusion, le terme « réception » comporte en fait tous les éléments jusqu’à la sortie audiofréquence, et même le haut-parleur. La sensibilité d’un récepteur est l’amplitude du signal à appliquer à son entrée pour obtenir à la sortie du démodulateur un rapport signal sur bruit déterminé. La sensibilité d’un récepteur définit sa capacité à recevoir des signaux faibles.

En radio AM ou radio FM : en volts ou dBV à l’entrée pour obtenir une puissance de sortie audio donnée. En effet le bruit dans le récepteur dépend de la largeur du filtre utilisé et du type de démodulation. La sensibilité d’un récepteur dépend essentiellement du facteur de bruit du premier étage et de sa bande passante globale. Un récepteur idéal présenterait une réponse en fréquence  carrée  : réponse constante dans la largeur de bande de la modulation, réjection totale hors du canal utile. La réponse du filtre doit être suffisamment large pour contenir le spectre complet du signal à recevoir, et pour accepter les dérives de fréquence de l’émetteur et de l’oscillateur local du récepteur. A contrario, la réponse du filtre doit être suffisamment étroite pour réjecter convenablement les émissions adjacentes.