Le club des poneys – Tome 3 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La première attestation du nom  Le club des poneys – Tome 3 PDF  date de 1826.


Bienvenue au poney-club !

Le jeune Dylan, l’ami de Léa, parvient à obtenir la confiance d’un poney effrayé.

Pour cette histoire, Sylvie Baussier, auteur jeunesse reconnue, s’est associée à Olivier Rabouan, qui enseigne l’équitation naturelle au poney-club de la forêt de Moulière depuis plus de vingt ans.

En 1830, un système de sélection d’étalons entraîne la propagation des chevaux Clydesdale dans toute l’Écosse et le nord de l’Angleterre. Le registre de la race est formé en 1877. Clydesdales sont exportés d’Écosse, notamment vers les autres pays anglo-saxons. Le Clydesdale devient  la race qui construit l’Australie . Le nombre de ces chevaux a légèrement augmenté, bien que la race reste peu commune. L’effectif mondial était d’environ 5 000 Clydesdales en 2010.

Alors qu’il était à l’origine un cheval de traction d’une taille relativement modeste, le Clydesdale fait désormais partie des chevaux de trait les plus imposants. Le Clydesdale a influencé bon nombre d’autres races de trait. Dans un paysage boisé bucolique, un cheval apparait en arrière-plan. Le Clydesdale est l’un des plus célèbres chevaux de trait des îles Britanniques. Clyde entraîne une demande pour améliorer les routes existantes. Clyde, ce qui entraîne la naissance de poulains plus grands. Importateur de six chevaux flamands pour la guerre et les travaux de ferme, le duc de Hamilton autorise largement la reproduction avec son cheptel.

Blaze, autre étalon important, est un cheval carrossier mesurant 1,65 m, d’origine inconnue. L’un de ses fils est l’étalon Clyde. Il remporte le premier prix du marché au bétail de Glasgow en 1844 et contribue pour beaucoup à donner à la race son apparence moderne. Il existe d’autres théories sur l’origine de la race, qui la font remonter plus loin dans le temps. Gravure repésentant un cheval nu de profil.

Illustration de la race dans l’Encyclopédie pratique de l’agriculteur, Firmin-Didot et Cie, tome 5, 1877. Ce programme s’appuie sur des sociétés d’amélioration de l’agriculture locale, qui organisent des concours de race destinés à choisir le meilleur étalon. Les croisements avec les juments locales propagent le type de la race Clydesdale à toutes les zones où ils sont placés. Deux imposants chevaux de trait bruns aux jambes blanches, placés tête-bêche.

Toutefois, la majorité des acheteurs d’Amérique du Nord se montrent sceptiques envers les croisements non répertoriés. En 1886, le registre d’élevage américain de la race interdit officiellement les croisements avec le Shire. Cette interdiction se répercute chez les éleveurs écossais, qui deviennent moins enclins à pratiquer ce croisement. En 1895, un groupe d’éleveurs se réunit à Édimbourg pour statuer sur l’avenir du croisement. Dessin représentant un cheval nu de profil, à la robe pommelée et la queue coupée.

Dessin d’une jument Clydesdale née en Angleterre, réalisé en 1904. 1 617 étalons quittent l’île britannique pour la seule année 1911. Entre 1884 et 1945, les documents d’exportations en règle montrent le transit de 20 183 chevaux. Les Nord-Américains se trouvent, dans les années 1880, face à une nouvelle demande en chevaux de travail. Ils recherchent des animaux plus lourds et la race Clydesdale leur convient particulièrement.