Le livre de l’espace : art et littérature de l’infini PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Le Romantique, lithographie satirique de Mantoux et Cheyère. C’est dans cette acception que le mot fait son entrée dans la le livre de l’espace : art et littérature de l’infini PDF française avec Les Rêveries du promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau où il donne le qualificatif de romantique aux rives sauvages du lac de Bienne.


L’ouvrage

Voici une histoire qui dure depuis l’aube de l’humanité et la propulse vers son avenir.
Une histoire de fascination et de désir, de questions et d’effroi, d’exaltation et d’intuitions spirituelles.
Des philosophes grecs aux films de science-fiction, des fresques byzantines aux constructivistes russes, Le livre de l’espace invite à une immense promenade dans l’imaginaire de l’infini.

Allemagne, le romantisme, revenant à son sens médiéval, s’oppose à l’Antiquité et au classicisme. Dans les années 1797-1798, Novalis forge le mot romantisieren, désignant un processus de poétisation du monde :  Le monde doit être romantisé. August Wilhelm Schlegel, dans ses Cours de littérature dramatique, diffuse le concept de romantique en Europe, ramenant la poésie romantique à la poésie moderne, marquée par la tradition chrétienne, progressive, ouverte aux mélanges des genres. Caspar David Friedrich, Falaise de craie sur l’île de Rügen, 1818. Le romantisme qui fut un phénomène de portée révolutionnaire dans tous les arts plonge ses racines au cœur même du siècle des Lumières.

Une des idées les plus novatrices de ce mouvement fut le concept de génie artistique, irrationnel et créatif, non plus discipliné par la raison comme pour les Lumières, mais animé d’une liberté intérieure capable de briser le carcan des codes et des conventions, puisant au contraire dans la subjectivité et prêtant l’oreille à l’inspiration divine, à l’intuition, aux passions. Si le Sturm und Drang ouvre la voie au Romantisme, par le déferlement des passions et la spontanéité de l’individu, leurs modèles de beauté se référaient encore aux canons classiques, aux œuvres de l’Antiquité. Le véritable rejet du classicisme fut exprimé par les collaborateurs de la revue Athenaeum, fondée en 1798 par les frères Schlegel. En Angleterre, l’essai d’Edmund Burke, Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau, paru en 1756, eut une influence considérable, sur la peinture du sublime et sur le mysticisme du paysage, tel que l’illustra Caspar David Friedrich. En 1762, James Macpherson publiait ses Poèmes d’Ossian, dont le succès provoqua une vague de celtomanie dans toute l’Europe. En 1764, Le Château d’Otrante d’Horace Walpole inaugurait le genre du  roman noir , dont le décor ténébreux et les atmosphères effrayantes correspondaient à ce que Burke avait défini comme le  sublime .

La tourmente de la Révolution française puis de l’Empire provoque un bouleversement, politique, social et culturel dont les effets se font sentir dans l’Europe entière. Sous l’Empire, tout un groupe d’écrivains, dont Madame de Staël est le plus célèbre représentant, plaident la cause allemande aux dépens de la tragédie et du poème classiques. Le Nord c’est la nostalgie, les sentiments sombres, l’infini. Article détaillé : Thèmes récurrents du romantisme.