Le rite en 33 grades : De Frederick Dalcho à Charles Riandey PDF

Le rite ne comporte à l’origine que des hauts grades maçonniques. Il est composé de 33 degrés et il le rite en 33 grades : De Frederick Dalcho à Charles Riandey PDF généralement pratiqué dans le cadre de deux organismes complémentaires et distinct.


Ce livre, fruit de plus de vingt années de recherche, est consacré à des événements que les francs-maçons dans leur très grande majorité ignorent, car ils ne sont évoqués dans la littérature maçonnique qu’avec de surprenantes erreurs, omissions et approximations. Ils constituent des moments charnières dans l’histoire de ce rite en trente-trois grades qui ne s’appelait pas encore Rite Écossais Ancien et Accepté. L’auteur décrit, presque au jour le jour, la genèse et le déroulement du drame qui déchira maçons français et européens lors de la scission qui amena la création du Suprême Conseil pour la France, il y a moins d’un demi-siècle. On découvrira les révolutions intérieures des deux Suprêmes Conseils des États-Unis d’Amérique au XIXème siècle, leurs rapports avec le Grand Orient de France et leurs relations avec le Suprême Conseil de France. On lira dans quelles circonstances singulières les trois Suprêmes Conseils des îles Britanniques ont été fondés et le procès-verbal intégral de la conférence qui réunit au Canada en 1954 cinq Suprêmes Conseils de langue anglaise, conférence inconnue des historiens, au cours de laquelle la rupture entre Américains et Britanniques faillit se produire.

La littérature maçonnique abonde en référence aux jacobites. Elles ont cependant l’inconvénient d’être contradictoires, en sorte que les opinions divergent. Les partisans de la thèse mythologique estiment que la source des malentendus réside dans une remarque imprudente faite par John Noorthouk en 1784 dans le livre des Constitutions de la première Grande Loge de Londres. La cathédrale de rite écossais d’Indianapolis construite entre 1927 et 1929. Il s’agit du plus grand édifice maçonnique des États-Unis. Historical landmarks déclare que le roi Charles II assistait régulièrement à des tenues maçonniques. Ainsi, celui de la Voûte Sacrée, qui correspond en version anglaise au Royal Arch, fait explicitement référence à Jacques Ier, père de Charles II.

Un négociant français nommé Étienne Morin, qui avait été reçu dans la franc-maçonnerie des hauts-grades depuis 1744 fonda une  Loge écossaise  au Cap Français, au nord de la colonie de Saint-Domingue. Morin retourne à Saint Domingue en 1762 ou 1763 et, grâce à sa patente, constitue progressivement des loges de tous grades à travers les Antilles et l’Amérique du Nord. Manuscrit d’Henry Andrew Francken titré  A la Gloire du Grand Architecte de l’Univers . L’homme qui aida le plus Morin à diffuser son rite dans le Nouveau Monde fut un Hollandais naturalisé anglais nommé Henry Andrew Francken. Morin le nomma Député Grand Inspecteur Général dès son retour aux Antilles. Une loge  Parfaits d’Écosse  fut créée le 12 avril 1764 à la Nouvelle Orléans.

Ce fut le premier atelier de hauts grades sur le continent nord-américain. Da Costa retourna en février 1783 à Charleston, Caroline du Sud, et y établit une  Sublime Grande Loge de Perfection . 1783, Hays nomma Myers son successeur. Maison du temple la Juridiction Sud du REAA, Washington D. Bien que les trente-trois degrés aient été ainsi déjà créés, le Rite écossais ancien et accepté ne fut constitué qu’avec la fondation du premier Suprême Conseil, le Suprême Conseil de la Juridiction Sud à Charleston, en mai 1801, sous l’impulsion de John Mitchell et Frederic Dalcho. Suprême Conseil de la Juridiction Nord des États-Unis, en 1813.