Le tour de France des champions cyclistes PDF

Plus tard, on l’appellera aussi le Boss, Robocop ou « le néant de la route ». 1988 : Il participe à un stage avec l’équipe nationale junior de cyclisme. A la même période, il rencontre Eddie Borysewicz, soupçonné d’avoir mis en place du dopage sanguin lors JO de Los Angeles en 1984. Borysewicz deviendra son coach au sein de le tour de France des champions cyclistes PDF’équipe Subaru Mongomery qui deviendra plus tard l’US Postal.


Et s’il fallait n’en retenir que vingt ? Les vingt coureurs qui, depuis 1947, ont marqué de leur empreinte la Grande Boucle, la plus prestigieuse des épreuves cyclistes. Une gageure ? C’est pourtant ce défi qu’a relevé Jacques Augendre, mémoire vivante du Tour.

Anglade, Anquetil, Bartali, Bobet, Coppi, Darrigade, Fignon, Gaul, Geminiani, Hinault, Jalabert, Koblet, Merckx, Ocana, Poulidor, Robic, Thévenet, Vietto, Walkowiak, Zoetemelk… Depuis plus d’un demi-siècle, il suit leurs faits d’armes sur les routes de France.

Dans ce recueil, Jacques Augendre s’attache à brosser de chacun un portrait sensible, insistant sur leur personnalité et leur influence au sein du peloton. Anecdotes, rivalités, défaillances et exploits… C’est la petite et la grande histoire du Tour qui se dessine en compagnie de ces champions de légende.

Né à Paris en 1925, Jacques Augendre a collaboré à L’Équipe, Le Midi-Libre, Le Monde et été le rédacteur en chef du mensuelle. Cycle. Doyen des journalistes présents sur le Tour – il en a couvert cinquante-cinq -, il est aujourd’hui consultant au service de presse du Tour de France. Parmi ses livres sur le cyclisme, Antoine Blondin, un singe en été a reçu le Grand prix de littérature sportive en 2006.

1990 : Il rencontre Chris Carmichael qui deviendra son coach et son ami intime. 1991 : Il devient champion des Etats-Unis amateur sur route. 1992 : Il se classe 14ème de la course en ligne aux JO de Barcelone. Selon Tim Peddie, un équipier, il aurait déjà été dopé à cette époque. Dans la foulée, il passe professionnel au sein de l’équipe américaine Motorola. Il remporte le Tour de Galice et termine deuxième du Championnat de Zürich. 1993 : Armstrong remporte la « Triple Crown », une série de trois courses américaines pour laquelle un prix de 1.

000 de dollars était promis à celui qui réussirait le triplé. Pour sa première participation au Tour de France, il remporte l’étape de Verdun. Il remporte les Championnats du Monde sur route, bien aidé par Phil Anderson de l’équipe d’Australie mais aussi coéquipier chez Motorola. Contrairement à une légende tenace, Armstrong n’est pas le plus jeune Champion du Monde : Karel Kaers avait presque deux ans de moins quand il remporta le titre à Lepizig en 1934. En 1993, Armstrong utilisait toutes les substances , déclare en 2014 John Henderson soigneur-dopeur de l’équipe Motorola dans le livre de Juliet Macut, Cycle of lies. 1994 : Pas encore spécialiste de la discipline, il est rejoint par Miguel Indurain, parti 3mn après lui, dans l’une des étapes contre-la-montre du Tour de France. 1995 : Eddy Merckx le met en relation avec le Dr Michele Ferrari.

Les deux hommes se rencontrent pour la première fois en novembre à l’occasion d’une cérémonie à la mémoire de Fabio Casartelli. C’est le début de leur collaboration. Curieusement, Armstrong n’en parlera ouvertement qu’en 2001, juste avant que le Sunday Times ne le révèle. 1996 : Il envoie un virement de 14. En fin de saison, il reçoit, à sa demande, des injections de stéroïdes pour « calmer un mal de dos chronique ».

Il avouera en 2013 avoir pris de la testostérone à des fins de dopage. Le 9 octobre, il annonce être atteint d’un cancer des testicules métastasé. Il est opéré au cerveau le 24 octobre. 1997 : Guéri, il crée la « Lance Armstrong Foundation ».

1998 : Guéri, il reprend la compétition en février, 518 jours après l’annonce de sa maladie. Il termine notamment 4ème du Tour d’Espagne. Lors des championnats du monde, le Dr Pedro Celaya fait baisser son hématocrite au moyen d’un litre de solution saline, juste avant un contrôle antidopage. 1999 : Avant Milan-San Remo, il rencontre discrètement le Dr Michele Ferrari sur un parking de station service d’autoroute. En mai, il aurait, selon Pierre Ballester et David Walsh dans L. Confidentiel, envoyé Emma O’Reilly chercher des produits médicaux au siège espagnol de l’US Postal auprès de Johan Bruyneel. Il incite son coéquipier Frankie Andreu à consulter le Dr Ferrari.