LECONS DE THEOLOGIE DOGMATIQUE TOME III PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche La foi juive s’appuie sur quelques principes de foi qui furent formulés par les autorités rabbiniques médiévales. Contrairement à la plupart des mouvances chrétiennes, et LECONS DE THEOLOGIE DOGMATIQUE TOME III PDF que ces fondements théoriques du judaïsme présentent un fonds idéologique commun, aucune communauté juive n’a développé ni fixé de « catéchisme ».


Un certain nombre de formulations de croyances juives est apparu au fil du temps, bien qu’existent plusieurs propositions quant à leur nombre et leur contenu. Les principes de base communs à ces formulations et à d’autres sont exposés comme suit. Y a-t-il du dogme dans les mitzvot ? Dieu Unique éternel, créateur de l’univers et source de la moralité, qui détient le Pouvoir Absolu et qui intervient dans le monde à Sa guise.

Au terme philosophique Dieu correspond une réalité ontologique véritable, et non une projection de la psyché humaine. Maïmonide décrit le Dieu Unique en ces termes : « il y a un Être, parfait en tout point possible, qui Est la cause ultime de toute existence. D’après la cosmogonie biblique, le monde fut créé par Elohim en six jours. Terre, et que le judaïsme n’est pas en contradiction avec l’hypothèse scientifique qui estime que l’Univers est vieux de treize milliards d’années. Par ailleurs, comme la Torah n’explicite pas vraiment comment Elohim créa la vie, certains penseurs estiment qu’on ne peut déduire des Textes bibliques que l’évolution fasse ou non partie du processus de création de la vie.

L’idée de Dieu comme dualité ou trinité est hérétique, et considérée comme apparentée au polythéisme. Dieu est une Unité comme il n’en existe pas d’autres. Cependant, alors qu’ils trouvent ce genre de conceptions incorrectes, les Juifs pensent généralement que les non-Juifs qui adhèrent à ces croyances ne peuvent être tenus pour coupables. Psaume 29 : « Attribue à Dieu toute la gloire et le pouvoir ». Les Juifs Orthodoxes, et beaucoup de non-Orthodoxes croient au Dieu omnipotent, omniscient et omnibienveillant de la Bible. Toutefois, comme à l’époque de la destruction du Second Temple, la question de la théodicée fut à nouveau soulevée après les horreurs de l’Holocauste hitlérien, et plusieurs réponses y furent données.

Dieu nous montre Son amour pour nous en S’étendant jusqu’à nous afin de combler l’immense fossé entre Lui et nous. Lui, et en partageant avec nous sa Torah. Le Hassidisme partage en partie ce point de vue. En revanche, Maïmonide et d’autres philosophes Juifs du Moyen Âge rejetaient l’idée d’un Dieu personnel, voyant au contraire la nature comme véhicule habituel de la providence. Voir Providence divine dans la pensée juive. Les différents noms de Dieu sont différentes façon d’exprimer les différents aspects de la présence de Dieu dans le monde. Toutefois, Dieu est Un, et cette pluralité d’attributs provient de la vision limitée de l’homme.

Corollaire de cela, Dieu est différent dans Sa nature de l’homme, et ne peut en aucun cas être considéré anthropomorphique. Il n’y a pas d’intermédiaires entre nous et Dieu. Avoda Zara 17 b – traduction extraite de cheela. On dit de Rabbi Eléazar ben Dordaya qu’il n’y avait pas au monde une prostituée avec laquelle il n’avait pas couché. Il entendit un jour qu’il y avait une prostituée dans un pays lointain qui prenait pour sa peine un sac plein de dinars. Il prit un sac de dinars et traversa pour elle sept fleuves. Au moment critique, elle eut des gaz.

Elle dit : de même que ces gaz ne retourneront pas à leur source, de même le repentir de Eléazar ben Dordaya ne sera pas agréé. Il s’en alla entre deux montagnes et dit: montagnes et collines, priez pour moi. Elles lui répondirent : plutôt que de prier pour toi, c’est pour nous que nous allons prier. Il dit : soleil et lune, priez pour moi. Ils lui répondirent : plutôt que de prier pour toi, c’est pour nous que nous allons prier. Il dit : étoiles et astres, priez pour moi. Elles lui répondirent: plutôt que de prier pour toi, c’est pour nous que nous allons prier.