Nouveau bilan du nationalisme au Québec PDF

Le Front de libération du Québec, mieux connu sous le nom de FLQ, est le nom collectif utilisé par un réseau de cellules autonomes qui prônaient l’action directe, souvent violente, pour réaliser l’indépendance du Québec. Fondé nouveau bilan du nationalisme au Québec PDF cours de l’année 1963, il a surtout organisé ses activités à partir de Montréal.


Il a rencontré d’autres membres dans l’appartement d’un individu qu’il surnomme  X . Hudon, Villeneuve et Schoeters se retirent du mouvement pour fonder le Front de libération du Québec. C’est à ce moment que les cofondateurs s’allient aux membres révolutionnaires indépendantistes, formés par le socialiste Raoul Roy. Dans la nuit du 7 au 8 mars 1963, le FLQ frappe pour la première fois. Il attaque trois casernes militaires avec des bombes incendiaires. Le 1er avril, explosion de trois bombes, à l’édifice de l’Impôt fédéral, à la gare centrale de Montréal et sur une voie ferrée appartenant au CN. L’attentat sur cette voie ferrée est découvert avant le passage du train transportant à son bord John Diefenbaker, Premier ministre du Canada.

Premier ministre en apprenant la nouvelle. Montréal, des dizaines de perquisitions sont effectuées contre des militants indépendantistes. Vingt personnes sont arrêtées et interrogées dont Raoul Roy, Édouard Cloutier, Jacques Lucques. GRC à Westmount en protestation contre la razzia.

Durant la nuit suivante, une bombe explose contre un mur du même bâtiment. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Le lendemain, des gardes militaires sont postés devant toutes les casernes de la région métropolitaine 24h sur 24. Article détaillé : Armée révolutionnaire du Québec. FLQ, qu’il devait fournir en armes et en argent. La plus grande partie de leur apport provenait de vols à main armée. La durée de vie de cette organisation fut courte, de juin à septembre 1964.