Orsay, la peinture chinoise, nouvelle édition (en chinois) PDF

Max Beckmann 1928, by Hugo Erfurth. Après sa formation à orsay, la peinture chinoise, nouvelle édition (en chinois) PDF’école des beaux-arts de Weimar, où il rencontre sa première épouse Minna Tube, Max Beckmann s’installe en 1907 à Berlin, où il organise des expositions de ses œuvres.


Pendant la Première Guerre mondiale, il sert à Wervicq-Sud près du front belge, en tant qu’infirmier. Il est démobilisé en 1915 en raison d’une dépression nerveuse. Son art change alors de style pour devenir plus critique et moral. 1920, le peintre séjourne à plusieurs reprises à Baden-Baden, ville d’eau et de jeux du sud de l’Allemagne. Sa seconde épouse Mathilde, surnommée Quappi, est la fille du peintre Friedrich August von Kaulbach. Il s’installe à Berlin, où il peint des vues de la Forêt-Noire au climat oppressant, aux arbres déracinés et aux chemins qui se perdent. Ce n’est qu’après la fin de la guerre qu’il rejoint définitivement les États-Unis, en 1947, pour enseigner à Washington et à Brooklyn.

Cette année, la Biennale de Venise lui décerne son premier prix de peinture. Max Beckmann a développé son parcours en dehors des groupes ou des mouvements artistiques restés célèbres dans l’histoire de l’art du début du siècle. Par le biais du dessin, de la gravure, de la lithographie, l’œuvre de Max Beckmann rend compte de chacun des drames du monde, sans que pour autant le peintre en soit un illustrateur ou une sorte de reporter. Son œuvre reflète une approche du monde considéré comme une scène de théâtre où se joue la pièce qu’est la vie humaine avec des hommes qui sont des acteurs masqués ou des acrobates.

Allemagne des années 1920 ou dénoncé la monstruosité du nazisme. Klaus Gallwitz, directeur du Musée Frieder Burda et spécialiste de Max Beckmann, parle au sujet des tableaux d’avant-guerre de peinture subversive qui lui a permis de  mûrir ses tableaux futurs . 1925, Pierrette et le clown, Manheim. 1925, Portrait de la famille George, Berlin. Voiture d’artistes, ce tableau témoigne de l’exil subi par l’artiste, avec ces personnages réfugiés autour de leur directeur, peint alors que la Wehrmacht s’apprête à envahir les Pays-Bas. Beckmann et sa femme en exil, cet autoportrait montre un couple digne uni dans l’adversité.