Résistances : Pour une Birmanie libre PDF

Les États-Unis en orange et l’Union européenne en vert. En 2003, le couple franco-allemand refuse de participer à la guerre résistances : Pour une Birmanie libre PDF’Irak, occasionnant un ralentissement dans les relations transatlantiques.


La Birmanie, dictature militaire depuis le coup d’État de 1962, est-elle mûre pour la démocratie ? Pour certains analystes convaincus que les notions de droits de l’homme ne s’appliquent pas facilement à l’Asie, l’évolution de la Birmanie vers la démocratie n’a rien d’évident. Ce n’est pas l’avis d’Aung San Suu Kyi ni de Stéphane Hessel, pour qui les principes de la Déclaration des droits de l’homme ont valeur universelle. Loin d’un apprentissage de la démocratie, c’est d’un soutien résolu du monde extérieur dont ont besoin celles et ceux qui appellent à une autre Birmanie.
Aux yeux de Stéphane Hessel, la Dame de Rangoun joue «un rôle extrêmement important […] à un moment où, dans le monde entier, la question des résistances au despotisme prend une place privilégiée». Elle n’a de cesse de le répéter : la démocratie ne peut être accomplie par une personne seule. La Prix Nobel de la paix 1991 précise : «Je ne peux pas le faire seule. Je ne veux pas le faire seule. Le faire seule, ce n’est pas la démocratie […].Je le ferai avec la majorité, avec le peuple de ce pays, et avec tous ceux qui nous ont montré leur bonne volonté et leur soutien. Nous le ferons avec tous.»
Outre son échange avec Stéphane Hessel, Résistances offre tous les repères nécessaires pour comprendre la situation birmane, et se fonde essentiellement sur la parole d’Aung San Suu Kyi depuis le jour où elle s’est engagée en résistance contre la dictature.

Aung San Suu Kyi, femme politique birmane, incarne, depuis plus de trente ans, la résistance non violente à la dictature de son pays. Stéphane Hessel, ambassadeur de France et figure de la résistance au nazisme, a été le secrétaire de la commission ayant élaboré aux Nations unies la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. En relation avec des opposants français et étrangers au régime dictatorial, la principale mission d’Info Birmanie est d’obtenir l’appui de la France aux demandes du mouvement démocratique birman.

En juin 2013, les révélations d’Edward Snowden sur l’espionnage américain sur ses partenaires européens tendent à nouveau les relations entre les deux parties. Cependant, ces protestations n’entravent pas le processus engagé. Les négociations relatives à la politique commerciale de l’Union européenne relèvent de la compétence exclusive de la Commission européenne, qui peut négocier des accords de politique commerciale sur la base de mandats qui lui sont confiés par les États membres. Le mandat est porté à la connaissance des parlements nationaux et du public un an plus tard, le 9 octobre 2014. Du côté européen, le traité devra être ratifié par le Parlement européen. Le ministre allemand de l’Économie, Sigmar Gabriel, considère que l’accord ne pourra pas voir le jour  sans légitimation démocratique du Parlement européen et des Parlements nationaux . Pays-Bas pourraient en organiser un en vertu de la loi néerlandaise sur l’initiative populaire, qui avait déjà conduit à une consultation sur l’accord d’association de l’Union avec l’Ukraine, en 2016.

Comme d’autres partis de gauche radicale, SYRIZA en Grèce a indiqué son hostilité au TTIP. 32 abstentions le 8 juillet 2015. Du côté américain, le traité devra être ratifié par le Congrès des États-Unis. L’ancien président des États-Unis, Barack Obama, bien que démocrate, était favorable au TTIP, au contraire d’Hillary Clinton, qui s’y est dite défavorable lors de la campagne présidentielle de 2016. Donald Trump, le nouveau président des États-Unis, s’est également prononcé contre le traité.

Tant que se poursuivent les négociations, le contenu final de l’accord ne peut être que supposé. Néanmoins, compte tenu des éléments déjà connus ainsi que des traités similaires déjà négociés, il apparaît que le texte de l’accord visera non seulement à abolir la majorité des droits de douane entre les deux zones mais aussi à abaisser les  barrières non tarifaires . Le 9 octobre 2014, le Conseil de l’Union européenne publie le mandat du partenariat transatlantique, le projet d’accord commercial négocié entre l’Europe et les États-Unis depuis juillet 2013. Les États-Unis et l’Union européenne bénéficient déjà d’une intégration économique avancée, avec des droits de douane relativement faibles. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.

L’Union européenne souhaite l’ouverture des marchés publics américains aux entreprises des États membres. Le TTIP pourrait avoir des conséquences économiques et politiques importantes. Il fait l’objet de vives critiques, relatives tant au processus de négociation, qu’au contenu de l’accord lui-même. En octobre 2015, le président du Parlement allemand, Norbert Lammert menace de dire non au traité transatlantique, à la suite du refus de l’ambassade américaine de Berlin de laisser une délégation de parlementaires allemands consulter les documents des négociations.