Robots et intelligence artificielle PDF

Please forward this error screen to cpanel. Le mot a été créé par son frère Josef à partir du robots et intelligence artificielle PDF tchèque  robota  qui signifie  travail, besogne, corvée . Les premiers robots industriels apparaissent, malgré leur coût élevé, dans le début des années 1970. Ils sont destinés à exécuter certaines tâches répétitives, éprouvantes ou toxiques pour un opérateur humain : peinture ou soudage des carrosseries automobiles.


L’usage du terme  robot  s’est galvaudé pour prendre des sens plus larges : automate distributeur, dispositif électro-mécanique de forme humaine ou animale, logiciel servant d’adversaire sur les plateformes de jeu bot informatique. Il fut initialement utilisé par l’écrivain tchécoslovaque Karel Čapek dans sa pièce de théâtre R. Cette pièce fut jouée pour la première fois en 1921. Alors que les  robots  de Karel Čapek étaient des humains organiques artificiels, le mot robot fut emprunté pour désigner des humains  mécaniques . Quant au terme robotique, il fut introduit dans la littérature en 1942 par Isaac Asimov dans son livre Runaround. Il y énonce les  trois règles de la robotique  qui deviendront,par la suite, dans les œuvres de sciences fiction les Trois lois de la robotique. Un robot est un assemblage complexe de pièces mécaniques, électro-mécanique ou pièces électroniques.

L’ensemble est piloté par une unité centrale : une simple séquence d’automatisme, un logiciel informatique ou une intelligence artificielle suivant le degré de complexité des tâches à accomplir. Il en existe une grande variété. Ces derniers sont à la base des scanners laser permettant à l’unité centrale du robot de prendre  conscience  de son environnement en 3D. Les caméras sont les yeux des robots.

Il en faut au moins deux pour permettre la vision en trois dimensions. Le traitement automatique des images pour y détecter les formes, les objets, voire les visages, demande en général un traitement matériel car les microprocesseurs embarqués ne sont pas assez puissants pour le réaliser. Les microprocesseurs ou les microcontrôleurs sont des éléments essentiel du système de pilotage d’un robot. Ils permettent l’exécution de séquences d’instruction ou de logiciels commandant la réalisation d’actions ou de fonctions du robot. Les interfaces haptiques réalisant les actions de saisies d’objets dans les applications de télémanipulation. Une certaine capacité d’adaptation à un environnement inconnu peut, dans les systèmes semi-autonomes actuels, être assurée pourvu que l’inconnu reste relativement prévisible : l’exemple déjà opérationnel du robot aspirateur en est une bonne illustration : le logiciel qui pilote cet appareil est en mesure de réagir aux obstacles qui peuvent se rencontrer dans une habitation, de les contourner, de les mémoriser. L’autonomie suppose que le programme d’instructions prévoit la survenue de certains événements, puis la ou les réactions appropriées à ceux-ci.