Un monde d’Elfes et d’Hommes 5. ESPRIT PDF

Un elfe est une créature légendaire anthropomorphe dont l’apparence, le rôle et la symbolique peuvent être très divers. Leur figure est reprise plus tard dans la littérature, comme élément merveilleux du conte de fées et de la fantasy. Le succès des récits de J. L’apparence de l’elfe dans la perception des connaisseurs de la fantasy s’est modifiée du un monde d’Elfes et d’Hommes 5. ESPRIT PDF de son succès littéraire.


L’histoire reprend une soixantaine d’années après l’arrivée de Danielle dans ce monde d’hommes et d’elfes. Une nouvelle génération a vu le jour, dont les enfants de notre héroïne, en la personne de Fenära, l’intrépide semi-elfe et de son frère Iston qui a été choisi par le peuple pour être le premier roi de la Nation Elfique. Cette famille et bien d’autres personnages devront faire face à une nouvelle menace bien plus grande que celle que représentent les hommes de l’Union.

La description la plus ancienne des elfes provient de la mythologie nordique. Cette théorie linguistique explique que des noms semblables au álfar se retrouvent aussi dans les langues germaniques anciennes et modernes. Ces noms présentent souvent des variantes, dues à des différences dialectales ou à des influences d’une langue à l’autre, du fait de la large circulation du thème littéraire. Articles détaillés : Alfe lumineux, Alfe noir et Alfe sombre.

Le dieu Freyr, seigneur des alfes lumineux. Bien qu’aucune description ancienne ou moderne n’existe, l’apparition de créatures étymologiquement liées aux álfar dans nombre de folklores postérieurs suggère fortement que la croyance dans les elfes fut commune parmi les peuples germaniques, et non limitée exclusivement aux antiques peuples de Scandinavie. Ils sont généralement décrits comme des êtres semi-divins associés à la fertilité et au culte des ancêtres. Staðr d’einn de Sá heu þar, heu kallaðr heu Álfheimr. Ljósálfar, jörðu de í de niðri de búa d’en Dökkálfar, reyndum correct de ólíkari de miklu d’ok de sýnum de þeim de ólíkir de þeir d’eru.

Sýnum de sól d’en de fegri d’eru de Ljósálfar, bik d’en de svartari d’eru d’en Dökkálfar. D’autres éléments à propos des Elfes dans la mythologie nordique proviennent de la poésie scaldique, de Edda poétique et des sagas légendaires. Elfes sont distingués des Vanir et Æsir, comme indiqué par une série de noms comparatifs dans lesquels Æsir, Vanir, Elfes ont leurs propres traductions pour différents mots — reflétant ainsi leurs préférences raciales. Lokasenna relate qu’un grand groupe de Æsir et d’Elfes s’étaient réunis à la cour de Ægir pour un banquet. Il croit aux génies des quatre Éléments. Un important syncrétisme se met en place. La confusion entre nains et elfes va jusqu’au rapprochement définitif, bien que les textes du Moyen Âge laissent entrevoir quelques indices sur leur origine.

Si la croyance au petit peuple est rare en France, les pays scandinaves connaissent une situation radicalement différente. Une école islandaise existe depuis 1991 pour promouvoir l’étude de ces créatures, et délivre un diplôme d’ études et recherches sur les elfes et autres peuples invisibles . Ce qui subsiste des elfes dans le folklore des régions de langue allemande est leur nature espiègle et malfaisante. Ils étaient estimés capables de causer des maladies au bétail et aux gens. Ils apportent également de mauvais rêves aux dormeurs.

Cet aspect de la croyance elfique germanique correspond en grande partie à la croyance scandinave du mara. Dans la littérature française, il est à l’origine du nom d’Aubéron, un nain de la chanson de geste médiévale Huon de Bordeaux. Le  roi elfe  apparaît de temps en temps au Danemark et en Suède. On trouve une postérité aux elfes du folklore germanique dans la tétralogie de L’anneau du Nibelung du compositeur allemand Richard Wagner.

Wotan, l’Elfe lumineux, bien avant qu’Alberich, l’Elfe noir, ne se rende coupable du vol de l’or du Rhin et de forger l’anneau, source apparente du drame qui est au centre de l’œuvre. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. On dit que l’on peut voir danser les elfes dans les prés, particulièrement les nuits et les matins brumeux. Article connexe : Elfe dans la littérature fantasy et le jeu de rôle. Globalement, les elfes ressemblent beaucoup aux hommes malgré quelques différences.