Villes et Volcans PDF

Cet article est une ébauche concernant l’Équateur et le volcanisme. Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion. Villes et Volcans PDF article recense les volcans d’Équateur. Carte de l’Équateur indiquant la position de quelques-uns de ses volcans.


A la croisée de la littérature et de la géographie, ce volume interroge les lieux et les modalités de rencontre de la ville et du volcan : coexistence pacifique ou tolérée, éloignement naturel ou artificiel, exclusion et contradictions symboliques. Au-delà d’une relation mentale hantée par la mémoire de catastrophes meurtrières, l’approche géographique de l’environnement volcanique met l’accent sur les perceptions et les transformations de l’espace volcanique par le monde urbain. Les contributions géographiques portant sur des exemples variés (du Japon et de l’Asie du Sud-Est à la Guadeloupe et à la Réunion) permettent de poser des jalons pour penser l’anthropologie culturelle de la gestion des risques.

L’Équateur est un pays de volcans. La Cordillère des Andes traverse tout le pays, dans sa partie centrale, selon une orientation NE-SO. Cette chaîne est parsemée, dans ce pays, de nombreux volcans dont une dizaine culminent à plus de 5. Occidentale, dont l’altitude moyenne est inférieure à 3.

500 m, malgré de nombreux volcans à plus de 4. 000 m et la présence, dans cette chaîne, du volcan le plus haut d’Équateur, le Chimborazo, avec ses 6. Interandine, surnommée l’Allée des volcans par l’explorateur allemand Humboldt au début des années 1800. Orientale, plus massive et plus haute que la première avec une altitude moyenne de 4.

Suborientale, qui est une émanation de la cordillère Orientale et qui se présente sous la forme de trois branches distinctes désignées du Nord au Sud : cordillères de Napo Galeras, de Cutucú et du Condór. Un 5e foyer volcanique se situe dans les îles Galápagos, province équatorienne à 1000 km à l’Ouest du continent, dans le Pacifique. Ces îles sont toutes d’origine volcanique, en raison d’un point chaud situé à cet endroit, sous la plaque océanique Nazca. Elle culmine au Chimborazo à 6 267 m d’altitude, le plus haut sommet du pays. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 30 novembre 2018 à 16:42.

Cet indice de pollution est un indicateur du niveau de pollution attendu pour trois polluants dans l’agglomération parisienne. Finalement, la qualité de l’air résulte d’un équilibre complexe entre les apports de polluants et les phénomènes de dispersion et de transformation dans l’environnement. Les espèces polluantes émises ou transformées dans l’atmosphère sont très nombreuses. Deux grandes familles de polluants Les principaux polluants atmosphériques se classent dans deux grandes familles bien distinctes : les polluants primaires et les polluants secondaires. En revanche, les polluants secondaires ne sont pas directement rejetés dans l’atmosphère mais proviennent de réactions chimiques de gaz entre eux. La formation d’ozone nécessite un certain temps durant lequel les masses d’air se déplacent. Ce qui explique pourquoi les niveaux d’ozone sont plus soutenus en zone rurale autour de la région parisienne que dans l’agglomération parisienne où leur précurseurs ont été produits.

Certains polluants comme le dioxyde d’azote et les particules sont à la fois des polluants primaires et secondaires. Mais les polluants atmosphériques sont trop nombreux pour être surveillés en totalité. Ce sont les indicateurs de pollution atmosphérique, ils font l’objet de réglementations. Le dioxyde d’azote provient quant à lui de l’oxydation du monoxyde d’azote rejeté dans l’atmosphère par l’ozone. Mais une partie du dioxyde d’azote est également émise telle quelle dans l’atmosphère.

Ces particules ont des effets sur la santé, principalement au niveau cardiovasculaire et respiratoire. En Île-de-France, l’industrie rejette un tiers des particules PM10 émises dans la région, toutes activités confondues. Les remises en suspension des particules qui s’étaient déposées au sol sous l’action du vent ou par les véhicules le long des rues. Par exemple, dans certaines conditions, le dioxyde d’azote pourra se transformer en particules de nitrates et le dioxyde de soufre en sulfates. Ces deux dernières sources donnent lieu à des transports de particules à travers l’Europe, comme pour l’ozone. Ce sont à la fois les plus difficiles à quantifier et celles sur lesquelles il est le plus compliqué d’agir pour faire baisser les niveaux de particules dans l’air. A très haute altitude, dans la haute atmosphère, l’ozone protège les organismes vivants en absorbant une partie des rayons UV.