Zonage sismique de la France métropolitaine pour l’application des règles parasismiques aux installations classées PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Article principal : risque sismique. Le risque sismique en France est la possibilité qu’un aléa de type séisme se produise et occasionne des dommages plus ou moins importants aux enjeux humains, économiques ou environnementaux situés sur le territoire national français. La France, à l’exception des Antilles zonage sismique de la France métropolitaine pour l’application des règles parasismiques aux installations classées PDF d’autres archipels français, est un pays à sismicité modérée. Chaque année, le territoire français est soumis à une centaine de séismes d’une magnitude supérieure à 3 et une vingtaine de magnitude supérieure à 3,5.


Les données historiques sont rassemblées dans une base accessible par Internet, dénommée Sisfrance. La réglementation en matière de construction parasismique a périodiquement évolué. Un nouveau cadre réglementaire a en particulier été mis en place en 2011. Le zonage sismique en vigueur depuis 1991 a lui-même été modifié à cette occasion. L’information de la population est faite via différents vecteurs.

La France, à l’exception des Antilles, est un pays à sismicité modérée. La France métropolitaine et de nombreux territoires d’outre-mer sont en effet relativement éloignés de la frontière des plaques tectoniques. Les séismes y sont toutefois relativement fréquents et le risque sismique doit être pris en compte. En termes d’intensités, permettant une bonne comparaison des dommages, les séismes les plus fréquents s’échelonnent entre I et V.

Dans ce cas, même les constructions ordinaires ne sont pas endommagées. Aux Antilles, la sismicité est plus forte et ce risque y est désormais reconnu comme le premier risque naturel. La Polynésie française est située dans une zone intraplaque et connaît une sismicité faible à modérée. La connaissance de la sismicité historique en France repose sur une analyse documentaire d’archives historiques. Cet inventaire, géré par le BRGM, associé à EDF et à l’IRSN, rassemble tous les séismes identifiés à ce jour sur le territoire national et sur ses marges frontalières depuis plus de 1 000 ans.

Le schéma ci-contre illustre les relations entre les différents organismes concernés et les niveaux de compétence. Ce suivi de la sismicité française permet d’améliorer la connaissance de l’aléa régional, voire local en appréciant notamment les effets de site. Article détaillé : Liste des tremblements de terre en France. 21 novembre 2004 : la Guadeloupe a été touchée par le plus important séisme enregistré dans l’archipel depuis plusieurs décennies. 6,3 sur l’échelle de Richter s’est produit dans l’arc des Petites Antilles entre les îles de la Guadeloupe et la Dominique. Sur l’île de la Guadeloupe, le séisme a été particulièrement ressenti à Basse-Terre. Les dégâts matériels sont très importants.